Artibonite - Bureau Des Mines Et De L'Energie

Copy and paste this link to your website, so they can see this document directly without any plugins.



Keywords

dans, l’Artibonite, Département, Gonaïves, calcaire, gisement, sont, marbrier, pour, Morne, avec, Commune, Arrondissement, Localisation, Calcaire, Nord, environ, soit, localisé, Ressources, technique, ville, matériaux, Nature, minière, d’eau, Fiche, calcaires, plus, tonnes

Transcript

AUTEUR : Claude PREPETIT, Ing. Géologue
Ont collaboré à ce fascicule :
- Dominique BOISSON, Dr. Ing. Géologue
DESSIN : Joel PRATT, Viviane V. JOSEPH, Ing.
Ghislaine R. MAGNY, Ing.
Traitement de texte:
Jessy ALEXANDRE
P R O L O G U E
D’une manière générale, les haïtiens ne croient pas que le sous-sol de leur
pays soit très riche en ressources minières. Pourtant, le territoire de la République
d’Hïti recèle de très intéressants indices et gisements de substances minérales de
grande valeur économique, susceptibles d’ouvrir la voie à une intense activité
minière nationale.
Deux (2) grandes expériences sont à retenir dans l’histoire de l’exploitation
minière en Haïti : celle de la Société américaine REYNOLDS METALS INC. qui
a exploité la bauxite (minerai d’aluminium) du Plateau de Rochelois à Miragoâne
entre 1957 et 1982 les minerais de cuivre de Mémé (Terre-Neuve, 30 km au
Nord’Ouest des Gonaïves) entre 1960 et 1971.
Le Bureau des Mines et de l’Energie, ci-devant Institut National des
Ressources Minérales (INAREM, 1975 – 1978), organisme autonome à caractère
technique, scientifique et administratif, créé par décret en date du 1er août 1986 en
lieu et place du Ministère des Mines et des Ressources Energétiques, a effectué,
tantôt avec ses propres ressources, tantôt en collaboration avec des Institutions à
caractère international, particuli♪8reemnt les Nations-Unies, des études et des
recherches qui ont permis la mise en évidence de gisements d’Or, d’Argent, de
Cuivre, de Bauxite, de Carbonate de Calcium, de Lignite, de Marbre, de Jaspe, de
Pouzzolane, etc.. et qui témoignent de la diversité et de l’importance de ces
ressources.
Le Bureau des Mines et de l’Energie (BME) est fier de pouvoir enfin
communiquer au public, les résultats des travaux effectués par ses cadres
techniques pendant plus de quinze (15) années à travers le présent document
intitulé « INVENTAIRE DES RESSOURCES MINIERES DE LA
REPUBLIQUE D’HAITI », Elaboré par département géographique, et comportant
neuf (9) fascicules. Cet inventaire, constitué essentiellement de renseignements
généraux et de fiches techniques relatifs à chacun des indices ou gisements
identifiés (localisation, superficie, réserves et teneur, valeur économique, etc..), est
agrémenté d’une carte des indices et des gisements de substances minérales.
A la lumière de ces données, il apparaît clairement que, dans les conditions
économiques actuelles et grâce à l’amélioration de certaines techniques
métallurgiques, notamment celles intéressant la récupération de l’or, le pays
dispose d’un potentiel minier riche et varié dont la mise en exploitaation pourrait
relancer immédiatement l’activité économique et garantir à l’Etat des rentrées
importantes en devises fortes en vue du financement de projets de grande
envergure dans le cadre du Plan National de développement. A ce titre
aujourd’hui, le Secteur « Mines » mérite la plus haute et la plus sérieuse attention
des pouvoirs publics.
Le Bureau des Mines et de l’Energie formule le vœu que ses informations
sur les substances minérales arrachées patiemment aux différentes régions du pays
puissent éclairer les investisseurs potentiels, haïtiens et étrangers, sur les
possibilités d’intervention dans le secteur et orienter le choix des priorités
nationales tout en facilitant la définition d’une véritable politique minière.
Port-au-Prince, le 1er mars 1993
Pierre-Yvon BEAUBOEUF
Directeur Général
SOMMAIRE
INTRODUCTION……………………………………………………………………… 10
I.- GEOGRAPHIE…………………………………………………………… 15
II.- GEOLOGIE…………………………………………………………………20
III.- INFRASTRUCTURE……………………………………………………….24
IV.- RESSOURCES MINIERES DU DEPARTEMENT DE L’ARTIBONITE…29
A.- GISEMENT SUB-ECONOMIQUE DE NATURE METALLIQUE……………31
1.- Fiche technique de la mine de Mémé………………………………………..31
B.- INDICES DE NATURE METALLIQUE…………………………………………37
1.- Indice de cuivre dans la région de Terre-Neuve……………………………...37
2.- Indice de cuivre / Or de Treuil………………………………………………..38
3.- Indice de bauxite à Fond Dambi………………………………………………39
C.- DOMAINES D’UTILISATION DES MINERAISMETALLIQUES…………… 40
D.- GISEMENTS ECONOMIQUES DE NATURE NON-METALLIQUE…………42
1.- Fiche technique du gisement de calcaire marbrier de Darang………………..42
2.- Fiche technique du gisement de calcaire marbrier de Périsse………………..44
3.- Fiche technique du gisement de calcaire marbrier de Provence……………..47
4.- Fiche technique du gisement de calcaire marbrier de
Ravine-à-Couleuvres…………………………………………………………49
5.- Fiche technique du gisement de calcaire marbrier de
Barcadère (carrière exploitée)………………………………………………..52
6.- Fiche technique du gisement de calcaire marbrier de la Pierre………………54
7.- Fiche technique des gisements de matériaux pour cimenterie au Morne La
Pierre…………………………………………………………………………………………56
E.- INDICES NON-METALLIQUES / MATERIAUX DE CONSTRUCTION……59
1.- Calcaire marbrier du Morne Gramont………………………………………..59
2.- Calcaires marbriers de la Vallée de Johanisse-Périsse……………………….60
3.- Calcaire marbrier d’Anse-Rouge………………………………………….….61
4.- Calcaire marbrier de Dessalines……………………………………………...61
5.- Argile de la Chapelle…………………………………………………………62
6.- Gypse de Saint-Marc…………………………………………………………63
7.- Guano de Saint-Michel de l’Attalaye………………………………………...63
8.- Matériaux de construction : calcaire lité d’Ennery…………………………...64
9.- Matériaux de construction : calcaire lité du Morne Blanc
aux Gonaïves…………………………………………………………………65
10.- Matériaux de construction : carrières de sable de l’Arrondissement
de Saint-Marc…………………………………………………………………65
11.- Matériaux de construction : carrières de sable de l’Arrondissement
des Gonaïves………………………………………………………………….67
12.- Matériaux de construction : carrière de sable de la Petite
Rivière de l’Artibonite………………………………………………………..68
F.- DOMAINES D’UTILISATION DES MINERAUX NON-METALLIQUES
IDENTIFIES…………………………………………………………………………69
IV.- CADRE INSTITUTIONNEL, JURIDIQUE ET FISCAL APPLICABLE A
UN INVESTISSEMENT MINIER…………………………………..……………..71
CONCLUSION………………………………………………………………………………74
BIBLIOGRAPHIE……………………………………………………………………..........76
ANNEXE
TABLEAU COMPARATIF
INTRODUCTION
Il a été enseigné dans les manuels de géographie que Haïti est un « pays essentiellement
agricole » et non à vocation minière car les ressources non renouvelables sont quasi inexistantes.
Un retour dans le passé nous rappelle pourtant que les premiers habitants d’Haïti, les Indiens,
avaient été exterminés par les conquistadores Espagnols par convoitise des richesses naturelles,
en particulier l’or qui abondait dans les montagnes et les rivières. Cette exploitation abusive n’a
vraiment cessé qu’à l’épuisement des gîtes superficiels à or grossier. Depuis lors, l’activité
minière dans la partie occidentale de l’île d’Haïti a connu une éclipse.
Il a fallu attendre l’année 1920 pour voir l’activité minière démarrer sur une base
industrielle. En effet, l’installation de briqueteries dans les régions d’Archaïe, de Hinche, de
Cap-Haïtien, de Grande-Rivière du Nord, a définitivement lancé la construction en matériaux
argileux. L’implantation d’une cimenterie à Fond Mombin au début des années 50 a permis
l’exploitation des calcaires et des marnes localisés aux alentours de l’usine. Depuis lors les
carrières de granulats et de roches localisées aux environs de Port-au-Perince et dans les
principales rivières d’Haïti fournissent des matériaux de construction aux secteurs du Bâtiment et
des Travaux Publics. L’exploitations des gîtes bauxitiques du Plateau de Rochelois à Paillant –
Miragoâne par la Reynolds Haïtian Mines a débuté en 1956 et s’est poursuivie jusqu’en 1982 à
un rythme annuel moyen de 600.000 tonnes tandis que celle du skarn cuprifère de Mémé à
Gonaïves en 1960 pour s’arrêter en 1971 après avoir extrait environ 1.5 millions de tonnes de
minerai à 2% de cuivre. L’histoire minière d’Haïti s’est arrêtée là.
En 1975, l’Institut National des Ressources Minérales (INAREM) est créé en vue surtout
de procéder à l’inventaire et à la mise en valeur des Ressources Minérales de la République
d’Haïti. Cette Institution qui devait par la suite changer de nom et de statut en plusieurs
occasions, fut aidée dans sa difficile tâche par des organismes de coopération externe, en
particulier le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) en Haïti.
Quelle est la situation des ressources minérales d’Haïti au début des années 90, après plus
de quinze (15) ans de recherches ?
Les recherches entreprises jusqu’aujourd’hui dans le cadre des Projets de
Développement, ont permis de mettre en évidence un potentiel minier certain et exploitable.
Compte tenu de la situation économique et financière d’Haïti, la mise en valeur de ce potentiel
minier constitue une voie à explorer dans la recherche de solutions efficaces au redressement de
l’économie nationale.
En effet, le secteur minier peut contribuer de façon significative à soulager les maux de
l’économie nationle à plusieurs titres :
Une exploitation minière est en mesure de générer un flot de devises ;
Les revenus que l’Etat percevra sous forme de multiples taxes et droits augmenteront la
trésorerie de l’Etat ;
Une exploitation minière crée non seulement de nombreux emplois, mais elle est aussi en
mesure de gén♪0rer, par incidence, de nombreux autres emplois ;
Une activité minière a comme effet certain de stimuler l’activité économique puisque les
sommes distribuées sous forme de salaire et de dépenses sont aussitôt recyclées dans
l’économie locale.
L’industrie minière contribue grandement à l’amélioration des insfrastructures routières,
aéroportuaires, maritimes, scolaires, hospitalières, énergétiques et de communication soit
sous la forme de travaux qu’elle effectue en propre ou encore de contributions, directes
ou indirectes, à la mise en place et à l’amélioration de ces infrastructures.
La stratégie actuelle de la politique minière haïtienne est de promouvoir le
développement des ressources minérale en incitant des investisseurs privés. Les cadres juridique
et fiscal applicables à un investissement minier ont été révisés en vue de créer des conditions
favorables aux investissements et de mieux protéger les int♪0r♪6ts de l’Etat haïtien.
La présente publication a pour objet de présenter, sous forme de fiches techniques, les
principaux résultats de recherches obtenus au cours de ces quinze (15) dernières années. Il s’agit
de renseigner le grand public sur les ressources minérales de son pays. Celles-ci seront
présentées par département géographique conformément à la loi du 9 octobre 1978 partageant les
divisions administratives de la République d’Haïti en arrondissements, communes et sections
communales. L’objectif d’une telle présentation est de faire ressourtir d’une part, la possibilité
d’un développement régional à partir des ressources locales disponibles et d’autre part, la
nécessité de prioriser, en matière de planification des infrastructures routières, portuaires,
aéroportuaires, énergétiques, hospitalières, etc.., les régions à potentiel minier important.
Cette publication s’adresse en particulier aux investisseurs nationaux et étrangers, aux
planificateurs, aux éducateurs, aux décideurs, bref à tous ceux qui s’intéressent au
développement d’Haïti.
I.- GEOGRAPHIE
Superficie
Le Département de l’Artibonite a une superficie de 4570 km2 environ, soit 16.5% du
Territoire National. Il est le deuxième (2ème) en importance de superficie après celui de l’Ouest.
Les superficies cultivées sont estimées à 1213.7 km2, soit 26.6% de la superficie du
Département.
Topographie
La topographie du Département de l’Artibonite est caractérisée par la plaine et la vallée
de l’Artibonite qui s’étendent en direction Nord-Ouest / Sud-Est à Ouest – Nord-Ouest / Est –
Sud-Est, entre la chaine des Matheux au Sud, les Montagnes Noires et celles des Cahos à l’Est, le
massif de Terre-Neuve au Nord et le golfe de la Gonâve à l’Ouest. La façade côtière, à l’Ouest,
mesure 145 km de long soit 9.7% de celle du Territoire.
La plainede l’Artibonite a la forme triangulaire habituelle des embouchures de fleuves,
elle constitue le prolongement de la vallée de l’Artibonite. Cette topographie plane, jointe à
laquelle des sols, se prête aux aménagments hydro-agricoles et fait de cette plaine la première
région céréalière d’Haïti. Les côtes sont basses et lagunaires, la terre ayant tendance à gagner sur
la mer.
Climat
La région climatique typique du Département de l’Artibonite se retrouve au niveau de la
basse Artibonite délimitée à l’Est par une ligne Ennery-Verretttes et au Nord par la ligne EnneryTerre-Neuve. Particulièrement soumise à l’effet de foehn occasionné par les massifs du Nord et
les Montagnes Noires, la Basse Artibonite varie de 500 à 1000 mm tandis qu’elle est de 1000 à
1500 mm au niveau des Montagnes Noires, des Matheux et du Massif de Terre-Neuve.
Hydrologie
La plaine et la vallée de l’Artibonite correspondant aux cours inférieur et moyen du
fleuve Artibonite, des rivières de l’Estère et de la Quinte. Le réseau hydrographique se complète
vers le Sud par quelques cours d’eau côtiers aux alentours de la ville de Saint-Marc.
L’atère fluviale principale du Département est l’Artibonite. Long de 365 km, ce fleuve
prend sa source à plus de 1000 mètres d’altitude en République Dominicaine et draine un bassin
de 9200 km2 dont les deux tiers, soit 6400 débits maxima en période pluvieuse atteignent 163m3
/ s alors qu’en période sèche ils sont de l’ordre de 22.5 m3 / s. La rivière de l’Estère draine un
bassin de 834 km2, avec un débit au pont de l’Estère de 19m3 / s ; celle de la Quinte est alimentée
par un bassin de 690 km2.
Le Département de l’Artibonite possède des ressources en eaux thermales, les eaux de
Boynes ou les sources chaudes dans la plaine de l’Arbre au Sud-Est d’Anse Rouge.
Divisions administratives
Le Département de l’Artibonite comprend cinq (5) arrondissements : Gonaïves, GrosMorne, Saint-Marc, Dessalines et Marmelade. Il comprend en outre quinze (15) communes, six
(6) quartiers et soixante-deux (62) sections communales. (fig.1).
BUREAU DES MINES ET DE L’ENERGIE
Fig.1
Population
En 1989, la population totale du Département de l’Artibonite est estimée par l’IHSI à
812-548 habitants, soit 14.1% de la population d’Haïti. La population urbaine est estimée à
134.153 habitants, soit 16.5% de la population du Département, elle est de 5.319 habitants dans
les quartiers, soit 0.65% et 673.076 habitants dans les sections communales, soit 82.85%.
La population active est par contre estimée à 445.275 habitants, soit 54.8% de la
population du Département, elle se répartit ainsi : 73.515 habitants dans les villes, soit 16.5%,
2914 habitants dans les quartiers, soit 0.65% et 368.846 habitants dans les sections communales,
soit 82.85%.
Le Département de l’Artibonite se caractérise par l’importance numérique de ses villes de
plus de 10 mille habitants : Gonaïves (38.000 habitants), Saint-Marc (27.000), Petite Rivière de
l’Artibonite (11.000), Desdunes (15.000 habitants).
La densité de population du Département de l’Artibonite est de 177.8 habitants par km2.
La densité par rapport aux superficies cultivées est de 669.5 habitants par km2.
II. GEOLOGIE
Du point de vue géologique, le Département de l’Artibonite occupe une position
intermédiaire entre un ensemble septentrional de type arc insulaire représenté par le Massif du
Nord et un ensemble méridional de type bassin océanique particulièrement développé dans la
presqu’île du Sud d’Haïti. Ainsi trois (3) ensembles géologiques peuvent être distingués :
1. Un ensemble constitué par le Massif de Terre-Neuve dont le contexte géologique est
similaire à celui du Massif du Nord.
2. Un ensemble de Montagnes Noires – Chaîne des Cahos caractérisé par la présence par la
présence d’un volcanisme intermédiaire paléogène.
3. Un ensemble méridional représenté par la terminaison occidentale de la chaîne des
Matheux ; située au Sud de la plaine de l’Artibonite, la chaîne des Matheux est un
anticlinal NW – SE dont la terminaison périclinale appartient au Département de
l’Artibonite ; cette terminaison permet l’affleurement des terrains les plus anciens de
cette chaîne à savoir des dépôts volcano-sédimentaires basaltiques assez proches de ceux
de la presqu’île du Sud.
Stratigraphiquement les subdivisions se présentent comme suit (fig.2) :
Roches sédimentaires
a. Alluvions
La quasi-totalité des alluvions de ce département correspond aux apports détritiques
récents du fleuve Artibonite.
m. Miocène détritique
Les versants des différents massifs sont occupés par des dépôts miocènes à tendance
détritique (sables, argiles, marnes, conglomérats..). C’est le cas notamment du bassin de Gros
Morne, des versants de la Vallée de l’Artibonite au niveau de la Chapelle et de la bordure SudOuest du Plateau Central au Sud de St Michel de l’Attalaye.
e. Eocène indifférencié
Les roches sédimentaires éocènes sont essentiellement représentées par des carbonates
que l’on peut classer en deux ensembles :
des calcaires massifs blancs, crèmes ou gris (calcaires marbriers de la région des
Gonaïves)
des calcaires en plaquette utilisés comme pierre de taille. Ces derniers sont parfois
recoupés par des laves basaltiques (vallée d’Ennery)
cc. Calaires crétacés de Minguinda
Sur la route Gonaïves – Terre-Neuve affleure sur environ 500 mètres un calcaire fin
d’âge sénonien inférieur qui ne se retrouve qu’en cet endroit et qui porte le nom de Formation
Minguinda.
ROCHES EFFUSIVES ET COMPLEXES VOLCANO SEDIMENTAIRES
Deux générations de laves affleurent dans le Département de l’Artibonite :
dd. laves calco – alcalines andésitiques crétacées
Les laves situées dans le massif de Terre-Neuve sont associées à des minéralisations
cuprifères et appartenant à la série d’Arc Insulaire du Nord d’Haïti.
Cb. Dépôt volcano – détritiques basiques du crétacé
Du même âge que les précédents, ces dépôts qui affleurent dans la terminaison
occidentale de la chaine des Matheux s’apparentent au volcanisme tholé1’tique de la presqu’île
du Sud.
Ev. Complexe volcano – sédimentaire des montagnes
Connu sous le nom de Formation Perodin, il est constitué d’andésites et de tufs
andésiques à dacitiques d’âge Eocène inférieur à moyen.
ROCHES INTRUSIVES
Granodirorites fini crétacés
Les granodiorites recoupent les andésites de la région de Terre – Neuve.
A noter qu’à l’Ouest de la Chaîne des Cahos, dans la région de Périsse, les calcaires
marbriers sont parfois recoupés par des dykes andésitiques à rattacher au volcanisme
andésitiques de la Formation Pérodin.
III. INFRASTRUCTURES (fig.3)
Réseau routier
L’inventaire du réseau routier national effectué par la Direction des Transports du
Ministère des T.P.T.C de 1987 à 1989, a fourni les résultats suivants pour le Département de
l’Artibontie :
Kilométrage par type de revêtement
Classe de route Béton Asphalte Pavé Gravier Terre
Total
National 0 111.6 0 0 0 111.6
Départementale 0 1.7 0 192.5 48 242.2
Pénétration 0 0 0 190.5 297.7 488.2
Total 0 113.3 0 383.0 345.7 842
Relevé en 1987 – 1989
Véhicule : Cherokee – Pajero
Source : T.P.T.C
Kilométrage par type de revêtement
Etat de la surface de
roulement
Béton Asphalte Pavé Gravier Terre
Total
Bon 0 71 0 142 24 237
Médiocre 0 41.8 0 126.2 105.4 273.4
Mauvais 0 0.5 0 114.8 216.3 331.6
Total 0 113.3 0 383.0 345.7 842
Relevé en 1987 – 1989
Véhicule : Cherokee – Pajero
Source : T.P.T.C.
Le réseau routier du Département de l’Artibonite est évalué à 842 km, soit 18.5% du
réseau routier national. Sur ces 842 km, de route, on trouve 111.6 km de classe Nationale, soit
13.3%, 242 km de classe Départementale, soit 28.8% et 488.2 km de classe de Pénétration, soit
57.9%.
L’état de la surface de roulement de ces 842 km est bon à 28.2%, médiocre à 32.5% et
mauvais à 39.3%.
Le département de l’Artibonite possède le réseau routier le plus dense des Départements
géographiques d’Haïti.
Infrastructure portuaire (APN)
Les principaux ports maritimes du Département de l’Artibonite sont localisés aux
Gonaïves, Chef-lieu du Département et à Saint-Marc.
- Le port des Gonaïves consiste en une ancienne jetée montée sur des palplanches
et un tablier en béton servant d’aire d’entreposage.
Les bateaux peuvent utiliser approximativement 45m de quai des deux côtés de cette
jetée, il existe 1600 m2 de tablier en béton d’apprentissage d’aire d’entreposage et 11 bollards
pour le mouillage des bateaux. Le cheval d’accès au port et le quai ont été dragués à une
profondeur de –3.3m.
Il y a juste une roulotte de trois (3) chambres. L’aire d’entreposage est éclairée par trois
(3) poteaux réverbères.
La société minière SEDREN qui a exploité le cuivre de la localité de Mémé de 1960 à
1971 avait aménagé un quai de 9.45 m (31pieds) de profondeur pour l’exportation des minerais
de cuivre. Le mouillage est relativement bien protégé.
Le port de Saint-Marc est constitué d’un petit quai en béton avec des profondeurs de 3.60
m (12 pieds) à son extrémité. La douane a un petit dépôt de 25m2 et un autre de 348m2
avec une hauteur utilisable de 4m. Le souillage est relativement bien protégé.
Infrastructure aéroportuaire
Le principal aéroport du Département de l’Artibonite est localisé au Nord de la ville des
Gonaïves, il est sans utilisation et entretien réguliers. Ses caractéristiques sont les suivantes :
Piste :
Elévation : 0.60 m ou 2 pieds
Direction : SSO / NNE
Longueur : 914 m ou 3000 pieds
Largeur : 91 m ou 300 pieds
Latitude : 19026’ N
Longitude : 71044’ O
Surface : Sable
Energie :
La puissance installée allouée au Département de l’Artibonite par l’ED’H est estimée à
9420 kw, soit 5.3% de la puissance énergétique installée sur le Territoire National. Ces 9420 kw
sont fournis par les centrales suivantes :
Drouet, centrale hydro-électrique de 3000 kw de puissance nominale et 1600 kw de
puissance disponible. Cette centrale alimente les villes de Liancourt, Villard, ODVA,
Desdune, Pont-Sondé, Petite-Rivière de l’Artibonite, Estère et Verettes.
Gona♪9ves, centrale diesel – oil de 4800 kw de puissance nominale et 4100 kw de
puissance disponible.
Saint-Marc, centrale de type diesel – oil de 1150 kw de puissance nominale et 900 kw de
puissance disponible.
Saint Michel de l’Attalaye, centrale diesel – oil de 260 kw de puissance nominale.
Parmi les localités assistées on trouve les villes de Gros Morne et d’Ennery avec des
groupes diesel de 55 kw chacun de puissance installée.
Source :ED’H (1998)
IV. RESSOURCES MINIERES DU DEPARTEMENT DE L’ARTIBONITE
(fig. 4 et 5)
Avant d’aborder l’inventaire des Ressources Minières du Département, nous allons
définir certains concepts qui contribueront à une meilleure compréhension du dossier.
Ressources
Les Ressources d’une région ou d’un pays sont définies comme étant « une concentration
naturelle de matières solides, liquides ou gazeuses, apparaissant dans ou sur la croûte terrestre
sous une telle forme que l’extraction économique d’un produit est couramment ou
potentiellement faisable »
Les Ressources d’une région peuvent être class♪0es en ressources identifiées et
ressources non identifiées.
Ressources identifiées ou gisements
Les Ressources identifiées ou gisements sont des corps spécifiques de matériel minéralisé
dont la situation, la qualité et la quantité sont connues sur la base d’évidence géologique appuyé
par des études technico-économiques.
Elles peuvent être économique, c’est-à-dire, susceptibles d’être exploitées dans
l’immédiat ou dans les conditions économiques actuelles.
Les Ressources identifiées ou Gisements peuvent être aussi sub-économiques, c’est-àdire, susceptibles d’être exploitées dans l’immédiat ou dans le futur à condition que de nouvelles
données économiques et/ou légales et/ou technologiques permettent d’améliorer leurs conditions
de rentabilité.
Ressources non identifiées
Les Ressources non identifiées sont des corps non spécifiques de matériel minéralisé
supposé exister sur la base de connaissances géologiques générales et théoriques.
Indice ou occurrence minérale
Le terme Indice ou Occurrence minérale désigne « tout point d’apparition d’un minéral
ou d’un matériel utile ». Tout Indice mérite d’être exploité en détail avant d’être classé ou non
dans la catégorie des gisements économiques ou sub-économiques.
Mines
Tout Gisement (surtout métallique) qui a produit ou est en train de produire un minéral
par une quelconque méthode d’exploitation.
Carrière
Toute exploitation de matériaux de contruction ou gisement non-métallique.
Pour classifier les Ressources minières de nos Départements géographiques, nous
utilisons, suivant les cas, les notions de « Gisements économiques ou de sub-économiques »,
d’ « Indices » et de « Ressources non identifiées ».
A.- GISEMENT SUB-ECONOMIQUE DE NATURE METALLIQUE
1. Fiche technique de la mine de Mémé
Localisation
• Département de l’Artibonite
• Arrondissement de Gros-Morne
• Commune de Terre-Neuve
• 1ère Section Communale de Doland
La Mine est localisée à proximité du village de Mémé à environ 16 km au Nord-Ouest
des Gonaïves et à 6 km au Sud de Terre-Neuve. Le village de Mémé se trouve à la limite des
sections communales de Doland et de Bassin.
Bref historique de la mine
En 1955, un groupe canadien, la Consolidated HALLIWLL, obtient une concession sur le
Massif de Terre-Neuve. Elle crée en 1960 une filiale locale, la SEDREN S.A. De 1960 à 1971,
environ 1.5 million de tonnes de minerai à 2% de cuivre ont été extraites. Des travaux de
prospection assez détaillés ont été effectués par la SEDREN S.A. tant à l’intérieur qu’à
l’extérieur de la concession.
Au départ de la Soci♪0té en 1971, en raison de la chute du prix du cuivre sur le marché
international, les installations de surface et souterraines sont restées sur place et la Banque
Nationale de la République d’Haïti en assura le gardiennage et l’entretien.
En 1981, un groupe Japonais Toyoda Tsusho Kaisha effectua des travaux de prospection
dans la région de Terre-Neuve et de Mémé. Les résultats de ces travaux n’ont pas été publiés.
En 1982, une compagnie américaine, la First City Development of Haïti S.A. obtint du
Gouvernement Hïtien un permis de prospection et une concession pour la réouverture de la mine.
De 1982 à 1989, bien que le contrat fut résilié par l’Etat Haïtien en 1983, la Compagnie s’est
maintenue sur place en procédant au nettoyage des installations existantes sans effectuer une
étude de gactibilité du gisement. En septembre 1989, le Bureau des Mines et de l’Energie arrêta
les opérations de la Compagnie en fasisant poser des scellés sur les installations de la mine.
Infrastructures
• Route goudronnée jusqu’à la ville des Gonaïves distante de 150 km de Port- au-Prince,
• Piste de 16 km en mauvais état des Gonaïves jusqu’à la mine de Mémé,
• Installations de surface de la mine :
o Usine de concentration et de flottation d’une capacité de 1500t/j comprenant 3
broyeurs d’une capacité de 500t/j, 3 cyclones, des concasseurs, des cellules de
flottation, un séchoir, un réservoir et un système de convoyeur,
o Un garage, un atelier de réparation et une centrale thermique à rénover,
La majeure partie de cet équipement se trouve en bon état, mais certains méritent d’être
remplacés.
Installations souterraines :
La mine s’est développée sur 800 pieds de hauteur et à partir de 7 niveaux de galeries
répartis entre les côtes 1100 et 1900. Les trois niveaux situés sous la galerie principale et le
carreau de la mine sont accessibles par un puits vertical et une descenderie intérieure ; ils sont
actuellement noyés (exhaure avoisinant 10m3 / h).
• Installations portuaires aux Gonaïves ou la SEDREN avait déjà aménagé un quai de 31
pieds de profondeur pour l’exportation du concentré de cuivre.
Nautre du minerai
Minéralisations sulfurées se développant dans les skarns à proximité du contrat calcaire
intrusif, ou le long des contrats calcaire-andésite.
Les sulfures contiennenet de la chalcopyrite, pyrite, bornite, chalcosine et molybdénite.
Le minérai principal est le cuivre avec des sous-rpoduits en or et argent.
Superficie du gisement
Les secteurs du massif et les autres indices en cuivre, or et argent couvrent
approximativement une superficie de 27 km2.
Réserveset teneurs
Les réserves du gisement de Mémé ont été estimées par la SEDREN à 3.500.000 tonnes
de minerai avec une teneur de 2% en cuivre.
De 1960 à 1971, la SEDREN a extrait 1.500.000 tonnes de minerai. Il resterait donc dans
la mine environ 2.000.000 tonnes à exploiter. Des réserves additionnelles de 6.000.000 tonnes
ont été estimées à Boucan Grandeur localisé à 2 km au Nord-Ouest de la mines.
Les teneurs en or et argent n’ont pas été prises en considération lors de l’exploitation de
la mine. Les calculs préliminaires effectués aujourd’hui permettent d’avancer des teneurs de 2g/t
d’or et 10g/t d’argent.
Valeur du gisement
• Sur la base des réserves géologiques de la mine estimées à 2.000.000 tonnes avec des
teneurs de 2% Cu, 2g/t Au et 10g/tAg ;
• En considérant les cours (1990) de l’or à $US.400.00/once, du cuivre à $US.1.20/livre et
de l’argent à $US.6.00/once ;
• En considérant une récup♪0ration de 93%, le gisement de Mémé aurait une valeur brute
de $US.156.000.000.00 ;
• En tenant compte des 6.000.000 tonnes additionnels de casséus, la valeur brute du
gisement de casséus serait de $US.460.000.00.
Toutefois les ressources minières du Massif de Terre-Neuve sont encore classées dans la
catégorie de gisements sub-économiques en raison des études de préfactibilité à réaliser en vue
d’actualiser et/ou de confirmer certaines données.
Durée d’exploitation
Sur la base des 2.000.000 tonnes de Mémé, il est sugg♪0ré une production de 275.000
t/an d’où une durée de vie de 7 ans de la mine.
B. INDICES DE NATURE METALLIQUE
1.- Indices de cuivre dans la région de Terre-Neuve
Localisation
• Département de l’Artibonite
• Arrondissement de Gros-Morne
• Commune de Terre-Neuve
- Le premier indice est localisé à Brésillac situé à environ 4 km au Nord-Ouest de
Casséus et à 1.2km au Nord/Nord-Est de Terre-Neuve.
- Le second indice est localisé à Fouchard situé à environ 800m au Sud-Ouest de
Casséus.
- Le troisième indice est localisé à Boucan Grandeur situé à environ 2 km au SudEst de la mine de Mém♪0.
Nature des indices
• L’indice de Brésillac serait du type skarn avec des teneurs de 1 à 2% assoicié à l’or et à
l’argent.
• L’indice de Fouchard correspondrait à des minéralisations à chalcopyrite-bornitechalcosine-oxydes de cuivre encaissées dans des cherts carbonatés.
• L’indice de Boucan Grandeur serait du type porphyrique ou filonien avec des teneurs en
cuivre de 0.5%.
2.- Indice de cuivre/or deTreuil
Localisation
• Département de l’Artibonite
• Arrondissement de Gros-Morne
• Commune de Gros-Morne
• L’indice de Treuil est localisé au Nord de la ville de Gros-Morne
Fig.4
Nature de l’indice
Le gîte de Treuil serait de type porphyrique avec des minéralisations incluses dans des
intrusifs. En surface et dans les trachées des teneurs de 3 à 10% Cu ont été relevées et des
teneurs poctuelles allant de 4.5g/t Au et 140g/t Ag dans les tranchées.
3.- Indice de Bauxite à Fond Dambi
Localisation
• Département de l’Artibonite
• Arrondissement des Gonaïves
• Commune des Gonaïves
L’indice de bauxite de Fond Dambi est localisé à 10 km au Nord-Ouest ds Gonaïves.
Nautre de l’indice
L’indice bauxitique de Fond Dambi est estimé à 1.500.000 tonnes avec des teneurs de
49.3% Al2O3 et 1.36% de SiO2.
C. DOMAINE D’UTILISATION DES MINERAIS METALLIQUES IDENTIFIES
L’Or (Au)
L’Or, de symbole chimique Au, de numéro atomique 79 et de poids atomique 197, est un
métal précieux de couleur jaune et brillante. Il est bon conducteur de la chaleur, il est aussi le
plus malléable et le plus ductible des métaux.
A part son utilisation à des fins mon♪0taires, il possède diverses autres application
notamment dans :
• L’industrie aéronautique
• L’électronique
• La bijouterie
• Les pièces officielles et les médaillons
• Les arts dentaires
Parmi les utilisations moins connues, signalons :
• Les revêtements de vitres de fenêtres en vue de garder les pièces à des températures
confortables,
• Les revêtements dans les turbines et les moteurs à réaction
• Les décorations sur papier, verre, céramique…
Le cuivre (Cu)
Le cuivre est un métal très ductible et très malléable. Il possède une haute conductibilité
électrique qui en fait un matériau de choix en appareillage électrique (moteurs, contacteurs,
etc…). Il est aussi très utilisé dans l’industrie et dans le bâtiment sous forme de tuyauteroes,
robinetterie et quincaillerie.
L’argent (Ag)
L’argent est le plus ductible et le plus malléable de tous les métaux après l’or. Allié au
cuivre, il devient plus résistant. Il est surtout utilisé en bijouterie et à des fin monétaires.
La Bauxite
La bauxite est le principal minerai d’aluminium. Elle se présente en masses blanchâtres
que des oxydes de fer colorent souvent en brun et en rouge. Elle peut provenir de l’alt♪0ration
atmosph♪0rique de roches argileuses, ou bien constituer le résidu de la dissolution de calcaires
impurs sous climat tropical ou subtropical.
D. GISEMENTS ECONOMIQUES DE NATURE NON-METALLIQUE
1.- Fiche technique du gisement de calcaire marbrier de Darang
Localisation
• Département de l’Artibonite
• Arrondissement de Gros-Morne
• Commune de Terre-Neuve
• Première (1ère) Section Communale de Doland
Le gisement de calcaire marbrier de Darang est localisé à 18 km au Nord-Ouest de la
route des Gonaïves et à 2 km au Nord-Ouest de la mine de Mémé.
Infrastructures
• 18 km de piste étroite et rocailleuse, localement accidenté avec des pentes allant jusqu’à
15%.
• 4 km de route partiellement goudronnée de la villes des Gonaïves à l’intersection RN#
1/route menant à Terre-Neuve
• Point d’eau à 1.5km à l’Ouest du gisement (1m3/h)
• Point d’eau à 1.7 km au Nord-Ouest du gisement (3 à 5 m3/h)
• Point d’eau à 750 m à l’Est du gisement (plus de 20 m3/h)
• Installation électrique à 2 km au Sud du gisement (Mine de Mémé)
• Installations portuaires de la ville des Gonaïves et l’ancienne mine de Mémé.
Nature du calcaire
• Calcaire massif stratifié de l’Eocène
• Fracturation liée à des directions de failles Nord – Nord-Ouest, Sud – Sud-Est et Nord
700.
Caractéristiques physico-chimiques
• Absorption d’eau : 0.81% à 3.82%
• Densité : 2.41 à 2.63
• Essai de compression simple : 752 à 1348 kg/cm2
• Taux de silice : inférieur à 1%
Variétés marbrières
Crème, beige et beige fauve
Réserves
• Volume prouvé exportable (blocs marchands) : 250.000 m3
• Volume probable additionnel : 80.000m3
Dimensionnement des blocs utiles
• Hauteur : 1.0m
• Largeur : 1.2m
• Longueur : 1.7m
• Volume : 2m3
Niveau des études
• Cartographie du gisement à l’échelle 1/500 (2 ha)
• Exécution de 3 sondages carottés. Métrage cumulé : 121.65m
• Echantillonnage de surface et en profondeur
• Etude de préfaisabilité
2.- Fiche technique du gisement de calcaire marbrier de Périsse
Loclisation
• Département de l’Artibonite
• Arrondissement des Gonaïves
• Commune de l’Estère
Le gisement de calcaire marbrier de Périsse est localisé à une quinzaine de km à vol
d’oiseau au Sud-Est de la ville des Gonaïves.
Infrastructures
• 18 km de route bitumé des Gonaïves vers Port-au-Prince
• a 0.7 km du cimetière de Périsse vers l’Estère, une piste de 3 km en terre mène au
gisement de Périsse
• point d’eau à 1 km du gisement en saison pluvieuse dans la plaine de Johanisse
• installation électrique, lignes de haute tension en bordure de la Route Nationale no.1, à 3
km du gisement. Centrale thermique de 4800 kw de puissance nominale aux Gonaïves.
• Installations portuaires de la ville des Gonaïves et de l’ancienne mine de Mémé
Nautre du calcaire
• Calcaire massif de l’Eocène
• Présence de nombreuses diclases
Caractéristique physico-chimiques
• Aborption d’eau : 0.04 à 0.31%
• Densité : 2.80 à 2.93
• Essai de compression simple : 900 à 1450 kg/cm2
• Taux de silice : inf♪0rieur à 1%
Fe2O3 : 0.23 ; Al2O3 :0.90 ; CaO : 52.09 ; TiO2 :0.10
Variétés marbrières
Gis, brun, noir, noir veiné blanc ou jaune, blanc saccharoïde.
Réserves
Volume prouvé :200.000 m3 pour une superficie de 1.8 ha et une épaisseur de 20 à 30 m.
Dimension des blocs utiles
• Inférieur à 1m3 en raison de la présence de nombreuses diaclases et de la variation des
teintes
Niveau des études
• Cartographie du gisement à l’échelle 1/1000 (1.8ha)
• Exécution de 5 sondages carottés. Métrage cumulé : 165m
• Echantillonnage systématique en surfaces et en profondeur
• Etude de préfaisabilité
3.- Fiche technique du gisment de calcaire marbrier de Provence
Localisation
• Département de l’Artibonite
• Arrondissement des Gonaïves
• Commune de l’Estère
Le gisement de calcaire marbrier de Provence attenant à celui de Périsse est situé à 300 m
environ à l’Ouest de ce dernier.
Infrastructures
Mêmes infrastructures que Périsse
Nature du calcaire
• Calcaire massif de l’Eocène
• Direction majeure de fracturation Nord 1160
Caractéristique physico-chimiques
• Aborption d’eau : 0.17 à 0.68%
• Densité : 2.68 à 2.74
• Essai de compression simple : 645 à 1247 kg/cm2
• Taux de silice : inf♪0rieur à 1%
Fe2O3 : 0.53 ; Al2O3 :1.80 ; CaO : 45.97.
Variétés marbrières
Brun veiné, brun noir veiné, gris-brun.
Réserves
Volume prouvé :350.000 m3 pour une superficie de 2.3 ha et une épaisseur de 40 m.
Dimension des blocs utiles
2 à 5 m
Niveau des études
• Cartographie du gisement (2.3 ha) à l’échelle 1/500
• Exécution de 3 sondages carottés. Métrage cumulé : 119m
• Echantillonnage de surface et en profondeur
• Etude de préfaisabilité
4.- Fiche technique du gisement de calcaire marbrier de Ravine-à-couleuvres
Localisation
• Département de l’Artibonite
• Arrondissement des Gonaïves
• Commune de l’Estère
Les calcaires marbriers de Ravins-à-couleuvres sont localisés à 17km environ au Sud-Est
de la ville des Gonaïves et à 6 km au Nord de la ville de l’Estère.
Infrastructures
• 17 km de route bitumée des Gonaïves vers l’Estère ou 6 km de route bitumée de l’Estère
vers les Gonaïves.
• 1.5 km de piste en terre vers l’Est de la route nationale no.1, après le cimetière de Périsse,
jusqu’au gisement de Ravine-à-couleuvres.
• Point d’eau à la Ravine-à-couleuvres située à proximité du gisement, en période
pluvieuse.
• Point d’eau à 7.5 km de gisement à l’Estère
• Installation électrique : lignes de haute tension à 1.5 km du gisement en bordure de la
route nationale no.1.
• Installations portuaires de la ville des Gonaïves et de l’ancienne mine de Mémé, à 18.5
km du gisement.
Nature du calcaire
• Calcaire massif d’âge Eocène
• Fracturations Nord 1200 et Nord 1700.
Caractéristique physico-chimiques
• Aborption d’eau : 0.17 à 0.42%
• Densité : 2.43 à 2.84
• Essai de compression simple : 270 à 1447 kg/cm2
• Taux de silice : inf♪0rieur à 1%
Fe2O3 : 0.15 à 0.70 ; CaO : 51 à 53 ; MgO : 0.41 à 1.07.
Variétés marbri♪8res
• Gris beige clair à brun noir veiné
Réserves
• Volume prouvé : 90.000 m3 pour une superficie de 6 ha et une
épaisseur de 35m
• Volume probable : 50.000m3
• Volume possible : 400.000m3
Dimensionnement des blocs utiles
1 à 5 m3 avec une moyenne de 2 à 3 m3
Niveau des études
• Cartographie du gisement (6 ha) à l’échelle 1/500
• Exécution de 3 sondages carottés. Métrage cumulé : 99.40m
• Echantillonnage systématique en surface et en profondeur
• Etude de préfaisabilité
5.- Fiche technique du gisement de calcaire marbrier de Barcadère (carrière exploitée)
Localisation
• Département de l’Artibonite
• Arrondissement de Gros-Morne
• Commune de l’Anse-Rouge
Le gisement de calcaire marbrier de Barcadère, mis en exploitation à l’échelon industriel
est localisé à 26 km au Nord-Ouest des Gonaïves, en direction d’Anse-Rouge.
Infrastructures
• Route goudronnée juasqu’aux Gonaïves
• 26 km de route rocailleuse et en terre des Gonaïves, s’ouvre au Nord-Est une piste de 550
m de long qui conduit au site ne exploitation
• Infrastructure portuaire aux Gonaïves
Nautre du calcaire
• Calcaire Eocène
• Fracturation Nord 1500 avec des pendages de 30 à 400 Ouest.
Caractéristiques
• Aborption d’eau : 0.3 à 1.3%
• Densité : 2.62 à 2.86
• Resistance à la compression : 401 à 760 kg/cm2
• Taux de silice : inférieur à 1%
Teneur en CaO: 55.20 à 59.06% ; Fe2O3 : 0.10 à 075
Variétés marbrières
Calcaire crème, crème-rosé, beige
Réserves
• Réserves prouvées en place : 350.000m3
• Réserves probables en place : 220.000m3
• Réserves prouvées utiles : 100.000m3
• Réserves possibles utiles : 60.000m3
Ces réserves ont été calculées dans une zone comprise entre le niveau de la plaine (côte
16m) et la côte 56m pour une superficie de 1.6 ha.
Dimensionnement des blocs utiles
Blocs marchands de 4 m3
Description de la carrière (exploitée oar la COVELSA pour compte de l’Industrie
Marbri♪8re Haïtienne S.A INMARHSA)
• Début des travaux en 1984
• Longueur du front de taille : 80 m environ
• Hauteur du front : 8 m ebvurib
• Extraction des blocs de 2 x 1.5 x 1.2m = 4m3 en 3 gradins aux marteaux perforateurs aux
mateaux perforateurs
• Chargement des blocs sur camion semi-remorque pour être transportés jusqu’à l’usine de
Port-au-Prince
• Production de la carri♪8re : 350 m3 / an
• Carrière arrêtée en 1986.
6.- Fiche technique du gisement de calcaire marbrier de La Pierre
Localisation
• Département de l’Artibonite
• Arrondissement des Gonaïves
• Commune des Gonaïves
• Le gisement de La Pierre est localisé au Morne Falcon à 6 km à l’Ouest des Gonaïves en
direction d’Anse-Rouge.
Infrastructures
• Route goudronnée jusqu’aux Gonaïves
• 6 km de route en terre des Gonaïves au Morne Falcon (La Pierre)
• Point d’eau à proximité du gisement (conduite d’eau des Gonaïves).
• Installations protuaires aux Gonaïves.
Nature du calcaire
• Calcaire éocène avec cavités karstiques remplies par une brêche à fragments calcaires et
matrice ferrugineuse.
Variétés marbrières
• Calcaire blanc à crème tacheté
• Calcaire bréchique à ciment rouge et éléments calcaires anguleux blancs
Niveau des études
• Cartographie géologique
• Calcaire de 2 sondages. Métrage cumulé : 84.50m
• Rapport technique
Les réserves sont importantes mais elles n’ont pas été calculées en raison du fort degré de
karstification du gisement qui est d’ailleurs exploité à partir des blocs libres.
7.- Fiche technique des gisements de matériaux pour cimenterie au Morne La Pierre
Localisation
• Département de l’Artibonite
• Arrondissement des Gonaïves
• Commune des Gonaïves
• Les matériaux pour cimenterie se localisent à proximité de la ville des Gonaïves :
- Au Morne Biénac situé à environ 2 km au Nord des Gonaïves,
- Au Morne Blanc situé à environ 3 km à l’Ouest des Gonaïves,
- En bordure Sud du Morne La Pierre, à environ 7 km à l’Ouest des Gonaïves.
Infrastructures
• Route goudronnée jusqu’à la ville des Gonaïves
• Piste en terre du Morne Biénac au Morne La Pierre en direction d’Anse-Rouge
• Point d’eau à proximité des gisements (réserevoir et conduite d’eau alimentant la ville
des Gonaïves)
• Infrastructures portuaires aux Gonaïves
• Electrification de la ville des Gonaïves
Nature des matériaux
• Au Morne Biénac : calcaire noduleux en couches épaisses surmonté des calcaires crayeux
en bancs décimétriques et à passées de silex.
• Au Morne Blanc : calcaires marneux blanchâtres avec des intercalations d’épaisses séries
de marnes.
Caractéristiques
• Compostion chimique des calcaires et marnes de la région des Gonaïves :
- Morne Biénac : CaCO3 de 59.7 à 96.6, SiO2 de 1.31 à 31.32, Al2O3 de 0.42 à 3.41,
Fe2O3 de 0.24 à 1.31, MgO de 0.33 à 0.97, SO3 = 0
- Morne Blanc : CaCO3 de 85 à 92, SiO2 de 8 à 10, Al2O3 de 0.57 à 0.80, Fe2O3 de
0.28 à 0.45, Mgo de 0.40 à 0.58, SiO3 = 0
- Morne La Pierre : CaCO3 de 76 à 98, SiO2 de 0.26 à 13.71, Al2O3 de 0.27 à 3.26,
Fe2O3 de 0.09 à 1.62, MgO de 0.18 à 1.12, SO3 = 0, Cl de 0.04 à 0.05
Réserves
• Au Morne Biénac le volume des calcaires est de plusieurs dizaines de millions de m3.
• Au Morne Blanc, le volume exploitable des calcaires marneux est estimé à 2.000.000m3.
• Au Morne La Pierre le tonnage estimé pour les marnes est le suivant :
- Réserves prouvées : 7.5 x 106 tonnes
- Réserves probables : 42.5 x 106 tonnes
Niveau des études
• Echantillonnage et analyse chimique des gisements
• Exécution de 3 sondages au Morne La Pierre à des profondeurs de 60m
• Etudes de préfaisabilité.
E. INDICES NON-METALLIQUES – MATERIAUX DE CONSTRUCTION
1.- Calcaire marbrier du Morne Gramont
Localisation
• Département de l’Artibonite
• Arrondissement des Gonaïves
• Commune des Gonaïves
• L’indice de calcaire marbrier est localisé au Morne Gramont, à 6 km au Sud-Est des
Gonaïves.
Nature du calcaire
• Calcaire massif de couleur sombre affecté par des dissolutions
2.- Calcaires marbriers de la vallée de Johanisse-Périsse
Localisation
• Département de l’Artibonite
• Arrondissement des Gonaïves
• Commune de l’Estère
• Les indices de calcaire marbrier de Johanisse-Périsse sont localisés à une quinzaine de
km au Sud-est des Gonaïves vers l’Estère.
- Le premier (1er) indice est localisé à la Croix, en bordure de la route nationale
no.1.
- Le deuxi♪8me 92ème) indice est localisé à la « Cathédrale » à environ 1 km au
Sud-Est du gisment de Périsse
Nature des indices
• Le calcaire marbrier de Grammont est massif, de couleur sombre, affecté par des
dissolutions.
• Le calcaire de Cathédrale » est massif, karstifié et fracturé. Il est de couleur gris sombre
avec des veines de calcite blanche.
3.- Calcaire marbrier d’Anse-Rouge
Localisation
• Département de l’Artibonite
• Arrondissement de Gros-Morne
• Commune d’Anse-Rouge
• L’indice de calcaire marbrier est localisé aux environs de la ville d’Anse-Rouge.
Nautre de l’indice
Calcaire récifal de couleur rose
4.- Calcaire marbrier de Dessalines
Localisation
• Département de l’Artibonite
• Arrondissement de Dessalines
• Commune de Dessalines
• L’indice de calcaire marbrier est localisé en bordure de la route Gonaïves / Dessalines.
Nature de l’indice
Calcaire éocène de couleur grise, bioclastique à grain fin.
5.- Argile de La Chapelle
Localisation
• Département de l’Artibonite
• Arrondissement de Saint-Marc
• Commune de La Chapelle
• L’indice d’argile est localisé dans la rivière Dlo Diamant à 7 km à l’Est de la ville de La
Chapelle
Nature de l’indice
Ce sont des argiles sédimentiares tertiaires vert sombre associés à des niveaux sablosilteux localement indurés.
6.- Gypse de Saint-Marc
Localisation
• Département de l’Artibonite
• Arrondissement de Saint-Marc
• Commune de Saint-Marc
• Deuxième (2ème) Section Communale de Bois Neuf
• L’indice de Gypse affleure sur une colline situé à 300 m au Nord de l’étang Bois Neuf, à
15 km environ au Sud de Saint-Marc et 4 km au Nord de Délugé.
Nature de l’indice
L’indice est associé à des marnes avec des teneurs en gypse comprises entre 19 et 98%.
7.- Guano de Saint-Michel de l’Attalaye
Localisation
• Département de l’Artibonite
• Arrondissement de Marmelade
• Commune de Saint-Michel de l’Attalaye
• L’indice de guano est localisé à la caverne de Saint-Michel de l’Attalaye, aux environs de
la ville.
Nature de l’indice
Le guano de Saint-Michel contient 5.02% d’azote, 10.21% d’acide phophorique.
8.- Matériaux de construction : calcaire lité d’Ennery
Localisation
• Département de l’Artibonite
• Arrondissement des Gona♪9ves
• Commune d’Ennery
• Les matériaux sont localisés à 2 km à l’Est d’Ennery dans la direction de Saint-Michel de
l’Attalaye.
Nature des matériaux
• Calcaires lités d’âge éocène, utilisés dans la construction.
9.- Matériaux de construction : calcaire lité du Morne Blanc aux Gonaïves
Localisation
• Département de l’Artibonite
• Arrondissement des Gonaïves
• Commune des Gonaïves
- Les matériaux sont localisés au Morne Blanc sur la rive Nord du Golfe des
Gonaïves en direction d’Anse-Rouge, à 3 km des Gonaïves.
Nature des matériaux
Calcaire blanc clastique lité de l’Oligo miocène incliné à 15 – 200.
10.- Matériaux de construction : carri♪8res de sable de l’arrondissement de Saint-Marc
Localisation
• Département de l’Artibonite
• Arrondissement de Saint-Marc
• Commune de Saint-Marc
- La première (1ère) carrière est localisée à Grosse Roche à environ 1 km au Nord de
la ville de Saint-Marc.
- La deuxième (2ème) carrière est localisé à Gros Morne, en bordure de la route
nationale à environ 4 km au Nord de la ville de Saint-Marc vers Port-Sondé.
- La troisième (3ème) carrière est localisée à Pont-Sondé à environ 10 km au NordEst de Saint-Marc.
- La quatrième (4ème) carrière est localisée à Drouet à environ 2.50 km du bourg de
Pont-Sondé vers Liancourt
Nature des matériaux
• Leriaux utilisés comme sable dans la construction ont deux (2) origines : les calcaires
broyés des montagnes et les matériaux alluvionnaires des rivières.
• Les carrières de matériaux broyés se retrouvent à Grosse Roche, Gros-Morne, Pont Sondé
et Drouet.
• Les carrières de matériaux alluvionnaires se retrouvent dans le lit de l’Artibonite au
niveau du Pont Sondé et de Drouet.
• Les carri♪8res de matériaux alluvionnaires se retrouvent dans le lit de l’Artibonite au
niveau du Pont Sondé de Drouet.
11.- Matériaux de construction : carrières de sable de l’arrondissement des Gonaïves
Localisation
• Département de l’Artibonite
• Arrondissement des Gonaïves
• Commune des Gonaïves
- La première (1ère) carrière de sable est localisée au Morne La Pierre à environ 7
km à l’Ouest des Gonaïves.
- La deuxième (2ème) carrière de sable est localisée à Bardond Marchand à 4.5 km
de l’embranchement de la route Port-de-Paix / Nationale no.1.
Nature des matériaux
Sable calcaire broyé
12.- Matériaux de construction : carrière de sable de la Petite Rivière de l’Artibonite
Localisation
• Département de l’Artibonite
• Arrondissement de Dessalines
• Commune de Petite Rivière de l’Artibonite
- La carri♪8re de sable est localisée à Cajoux entre Bois Jour et Ogé, au Nord de la
Petite Rivière de l’Artibonite.
Nature des matériaux
Sable calcaire broyé
F. DOMAINE D’UTILISATION DES MINERAUX NON-METALLQUES IDENTIFIES
Calcaire marbrier
Les calcaires marbriers sciés, éclatés et polis sont utilisés dans la décoration intérieure et
extérieure des Bâtiments et leurs résidus sont employés dans l’artisanat.
Calcaire
Le calcaire homogène possède diverses applications :
• Le calcaire lité est utilisé dans le Bâtiment
• Le calcaire concassé et criblé donne des granulats pour le béton et le mortier
• Le calcaire calciné et hydraté donne de la chaux agricole, de la chaux de construction, des
enduits…
Il est aussi utilisé pour le traitement des eaux, la desinfectation des lieux et dans plusieurs
autres industries : sucreries, distilleries d’alcool, tanneries, verreries, industries alimentaires,
industries sidérurgiques…
- Le calcaire mélangé avec de la marne ou de l’argile conduit à la fabrication du
ciment
Argile
Les argiles sont utilisées pour la construction d’ouvrages en terre (barrages) et pour la
fabrication de produits en terre cuite : briques, carreaux, hourdis, tuiles, poterie…
Granulats
Les granulats (sables, graviers et cailloux) entrent dans la fabrication des bétons de
ciment et des bétons hydrocarbonnés destinés aux revêtements routiers.
Guano
Accumulation d’excréments et de restes de chauves-souris dans les cavernes ouvertes, le
guano est utilisé dans l’agriculture comme engrais.
Gypse
Le gypse, de formule chimique SO4Ca, 2H2O, est un matériau essentiellement utilisé
pour la fabrication du plâtre et du ciment.
V.- CADRE INSTITUTIONNEL, JURIDIQUE ET FISCAL APPLICABLE A UN
INVESTISSEMENT
Cadre Institutionnel
L’Institution haïtienne chargée de négocier, signer, modifier, renouveler, résilier tout
permis, contrat, accord, convention relatifs à la prospection, l’évaluation, l’exploitation, la
transformation, l’exportation, l’importation et la commercialisation de toutes substances
minérales est le BUREAU DES MINES ET DE L’ENERGIE (BME). C’est un Organisme
autonome à caractère scientifique, technique et administratif.
Placé sous tetelle du Minist♪8re des Travaux Publics, Transports et Communications
(T.P.T.C), le BME est géré par un Conseil d’Administration, une Direction Générale et un
Conseil de Direction constitué par l’ensemble des responsables des Directions techniques et
administratives. Les Directions techniques sont au nombre de deux : la Direction de la Géologie
et des Mines et la Direction des Ressources Energétiques.
Loi Minière
La Loi Minière présentement en vigueur en Haïti date de 1976, elle définit entre autres
les conditions dans lesquelles les titres sont octroyés : permis de prospection, de recherches,
d’exploitation et les concessions. Une révision de cette législation est en cours.
Loi sur les carrières
Cette Loi datée de 1984 règlemente les exploitations de carrière sur toute l’étendue du
Territoire National.
Convention Minière
Outre les dispositions de la loi minière visant tant la protection de l’investisseur privé que
des intérêts de l’Etat, une convention minière sera passée entre l’Etat et le demandeur,
préalablement à l’octroi d’un permis de recherches. Dans cette convention qui supplé la loi
minière sont établies les conditions d’exploitation d’un gisement.
Fiscalité
Les attributions de contrôle du secteur minier confiées au BME ne s’étendent pas à la
fiscalité. Il s’agit d’une responsabilité de la Direction Générale des Impôts (DGI) du Ministère
de l’Economie et des Finances.
L ‘ensemble des mesures fiscales adoptées par l’Etat haïtien dans le cadre d’un
investissement minier couvre la fiscalité minière et la fiscalité générale.
Fiscalité minière : frais d’études de dossier, coût de la découverte, frais d’émission superficiaire,
taxe d’enlèvement / ad volorem / royauté, droit minier spécial, provision pour reconstitution du
gisement, provision pour réhabilitation des sites exploités.
Fiscalitégénérale : impôt sur les bénéfices, imposition des plus-values, taxe sur les dividendes,
taxe sur les transferts hors du pays, droits de douane à l’importation, droits d’accise, taxe sur le
chiffre d’affaires, contribution foncière des propri♪0tés bâties, droits de patente communale,
autres taxes et droits.
CONCLUSION
Le Département de l’Artibonite représente l’un des plus importants Départements
géographiques de la République d’Haïti. Après le Département de l’Ouest, il est le 2ème en
importance de superficie (4570 km2), de population (812.548 habitants) d’infrastructure
électrique (9420 kw). Il possède en outre le plus important réseau routier national, soit 842 km,
comparativement au Département de l’Ouest qui n’en possède que 727.6 km.
Du point de vue agricole, le Département de l’Artibonite, avec ses plaine et vallées, se
présente comme la première région céréalière d’Haïti où, malgré sa situation sous le vent, il
bénéficie du système d’irrigation du fleuve Artibonite qui irrigue 23000 hectares cultivés
essentiellement en riz.
Du point de vue des Ressources minières, le Département de l’Artibonite recèle un
potentiel relativement important susceptible de jouer un rôle capital dans le développement
socio-économique :
• Le gîte cuprifère de Mémé et les gîtes avoisinants (Casséus, Brésillac, Boucan
Grandeur…) contiennent d’autres métaux tels que l’Or et l’Argent avec des teneurs non
négligeables. On sait, par ailleurs, que six (6) millions de tonnes de skarn sulfuré à au
moins 1% de cuivre existent à Casséus et que deux (2) millions de tonnes de minerai sont
présents à Mémé. Il convient donc de s’assurer des teneurs en or des skarns de Casséus
et Mémé pour que, à court terme, on débouche sur une exploitation des gisements
métallifères du Massif de Terre-Neuve.
• Les gisements et indices de calcaire marbrier découverts dans un rayon de 25 km autour
de la ville des Gonaïves font du Département de l’Artibonite une province marbrière avec
des réserves très importantes. Le développement de l’industrie marbrière peut également
servir à encourager l’artisanat, en effet, les résidus de calcaire marbrier peuvent servir à la
fabrication d’une gamme d’objets artisanaux.
• Enfin, les gisements importants de calcaires et de marnes du Morne La Pierre devraient
permettre l’implantation d’une cimenterie dans l’Artibonite capable de suppléer à la
production du ciment d’Haïti.
BIBLIOGRAPHIE
1- Haïti, Mission d’Assistance Technique Intégrée. OEA, 1972
2- Stone in Haïti
Département des Mines et des Ressources Energétiques / ONUDI. 1980.
3- Analyse de quelques indicateurs démographiques tirés des recensements de 1950, 1971 et
1982.
4- Atlas d’Haïti. CEGER – CNRS, 1985.
5- Ressources et réserves minérales. Ion FOCSA
GEOMINES, Bulletin interne d’information scientifique et technique de la Direction de
la Géologie et des Mines.
Bureau des Mines et de l’Energie
Vol. II No.2 Avril – Mai – Juin 1986
6- Inventaire du Réseau Routier National.
Direction des Transports, Service de planification et d’Etudes.
Ministère des T.P.T.C. 1987 – 1988 – 1989.
7- Synthèse Géologique de la République d’Haïti.
Vol. 2. Substances Métalliques
Bureau des Mines et de l’Energie / BRGM / BID. Octobre 1988.
8- Synthèse Géologique de la République d’Haïti
Vol. 3. Substances non-métalliques.
Bureau des Mines et de l’Energie / BRGM / BID. Octobre 1988.
9- Population totale et population de dix huit ans et plus estimées en 1989.
Institut Haïtien de Statistique et d’Informatique. Juin 1989
10- Commune et Quartiers électrifiés sous gestion ED’H.
Cours National sur la Planification Energétique
Vol. 4. La situation énergétique d’Haïti. BME / OLADE 1989.
11- Conditions Juridiques et Fiscales pour un investissement minier en Haïti. Me Paul
FORTIN. ACDI Août 1990.
12- Rapports techniques disponibles au bureau des Mines et de l’Energie de 1974 à 1990.
A N N E X E
TABLEAU COMPARATIF
1. SUPERFICIE, POPULATION, INFRASTRUCTURES
SUPERFICIE POPULATION RESEAU ROUTIER ENERGIE ELECT.
(PUISSANCE NOM.)
DEPARTEMENTS
GEOGRAPHIQUES
Km2 % habitants % km % kw %
1.- Nord-Ouest 2 375 8.5 332 230 5.8 557.3 12.3 1 650 0.92
2.- Nord 2 085 7.5 618 357 10.8 444.3 9.7 6 250 3.5
3.- Nord-Est 1 795 6.5 201 019 3.5 207.3 4.6 1 135 0.64
4.- Artibonite 4 575 16.5 812 548 14.1 842 18.5 9 420 5.3
5.- Centre 3 755 13.5 403 309 7.0 322.8 7.0 1 185 0.67
6.- Ouest 4 685 17 1930 081 33.6 727.6 16.0 150 985 85.03
7.- Sud-Est 2 255 8 383 917 6.7 474 10.4 1 395 0.78
8.- Sud 2 905 10.5 536 151 9.4 431.57 9.5 4 450 2.5
9.- Grand-Anse 3 320 12 525 517 9.1 548.1 12.0 1 155 0.66
Total 27 750 100 5743 129

PDF Document reader online

This website is focused on providing document in readable format, online without need to install any type of software on your computer. If you are using thin client, or are not allowed to install document reader of particular type, this application may come in hand for you. Simply upload your document, and Docureader.top will transform it into readable format in a few seconds. Why choose Docureader.top?

  1. Unlimited sharing - you can upload document of any size. If we are able to convert it into readable format, you have it here - saved for later or immediate reading
  2. Cross-platform - no compromised when reading your document. We support most of modern browers without the need of installing any of external plugins. If your device can oper a browser - then you can read any document on it
  3. Simple uploading - no need to register. Just enter your email, title of document and select the file, we do the rest. Once the document is ready for you, you will receive automatic email from us.

Previous 10

Next 10