Rapport De Capitalisation Projet Argent Contre Travail Aux ...

Copy and paste this link to your website, so they can see this document directly without any plugins.



Keywords

pour, contre, Gonaïves, dans, plus, Argent, Travail, Faim, Action, familles, étaient, 2009, nettoyage, Rapport, Projet, était, kits, soit, quartiers, projet, d’outils, Capitalisation, personnes, sont, programme, aurait, activités, nombre, boues, outils

Transcript

Direction Technique et Recherche  Sécurité Alimentaire
et Moyens d’existence
Rapport de capitalisation
Projet Argent contre Travail aux Gonaïves,
Haïti
(Photo : Christian Boisseaux / La Vie)
Caroline Broudic, Version n°1
Coordinatrice Sécurité Alimentaire Juillet 2009
Mission ACF Haïti
___________________________________________________________________________
Rapport de Capitalisation – Projet Argent contre Travail aux Gonaïves
© Action contre la Faim - 2009
2
INFORMATIONS LEGALES
Déclaration concernant les droits d’auteur
© Action contre la Faim – International Network
Reproduction autorisée, moyennant mention de la source, sauf spécification contraire. Si la
reproduction ou l'utilisation de données textuelles et multimédias (son, images, logiciels, etc.)
sont soumises à autorisation préalable, cette autorisation annulera l'autorisation générale
susmentionnée et indiquera clairement les éventuelles restrictions d’utilisation.
Clause de non-responsabilité
Le présent document vise à promouvoir l'accès du public aux informations relatives à ses
initiatives et aux politiques d’Action contre la Faim en général. Notre objectif est de diffuser
des informations exactes et à jour à la date de création. Nous nous efforcerons de corriger
les erreurs qui nous seront signalées. Toutefois, ACF n'assume aucune responsabilité quant
aux informations que contient le présent document.
Ces informations :
• sont exclusivement de nature générale et ne visent pas la situation particulière d'une
personne physique ou morale;
• ne sont pas nécessairement complètes, exhaustives, exactes ou à jour;
• renvoient parfois à des documents ou sites extérieurs sur lesquels ACF n'a aucun
contrôle et pour lesquels ACF décline toute responsabilité;
• ne constituent pas de manière exhaustive un avis juridique.
La présente clause de non-responsabilité n'a pas pour but de limiter la responsabilité d’ACF
de manière contraire aux exigences posées dans les législations nationales applicables ou
d'exclure sa responsabilité dans les cas où elle ne peut l'être en vertu des dites législations.
Rapport de Capitalisation – Projet Argent contre Travail aux Gonaïves
© Action contre la Faim - 2009
3
SIGLES ET ACRONYMES
ACF Action contre la Faim
ACF-IN Action contre la Faim – International Network
DFID Department for International Development (UK)
SIAAP Syndicat Interdépartemental pour l’Assainissement de
l’Agglomération Parisienne
HTG Gourde haïtienne
CFW CFW (Argent contre Travail)
CNE Centre National des Equipements
MTPTC Ministère des Travaux publics, des Transports et des
Communications
OIM Organisation Internationale pour les Migrations
PNUD Programme des Nations Unies pour le Développement
CNSA Coordination Nationale de la Sécurité Alimentaire
Rapport de Capitalisation – Projet Argent contre Travail aux Gonaïves
© Action contre la Faim - 2009
4
SOMMAIRE
INFORMATIONS LEGALES...................................................................................... 2
SIGLES ET ACRONYMES......................................................................................... 3
SOMMAIRE................................................................................................................ 4
1. Introduction....................................................................................................... 5
2. Description de l’intervention ........................................................................... 5
2.1. Contexte Général ......................................................................................................................... 5
2.2. Cadre technique du programme ................................................................................................ 6
2.3. Activités mises en place ............................................................................................................. 7
3. Analyse de l’intervention ............................................................................... 10
3.1. Date de démarrage et dimensionnement du programme :.................................................... 10
3.2. Identification & sélection des bénéficiaires :.......................................................................... 10
3.3. Evacuation des boues :............................................................................................................. 10
3.4. Modalités de mise en œuvre : .................................................................................................. 11
3.5. Qualité des outils :..................................................................................................................... 11
3.6. Sécurité des journaliers :.......................................................................................................... 11
3.7. Composition de l’équipe :......................................................................................................... 12
4. Conclusion & Recommandations ................................................................. 12
ANNEXES ................................................................................................................ 13
Rapport de Capitalisation – Projet Argent contre Travail aux Gonaïves
© Action contre la Faim - 2009
5
1. INTRODUCTION
ACF est intervenue rapidement après les passages cycloniques sur une réponse d’urgence
d’accès à l’eau potable. La réponse s’est au fur et à mesure étoffée pour intégrer des
activités de nutrition, de nettoyage/réhabilitation de points d’eau, de nettoyage des rues
affectées à travers un projet d’Argent contre Travail, de mise en place d’un réseau de
cantines populaires ou encore, en zones rurales, de réhabilitation de systèmes d’irrigation.
Ce rapport ne décrit qu’un volet de la réponse globale à l’urgence, soit le projet de
‘Nettoyage des rues à travers des activités d’Argent contre Travail’. Le programme financé
par DFID et SIAAP n’a duré que 3 mois (de Décembre 2008 à Mars 2009).
2. DESCRIPTION DE L’INTERVENTION
2.1. Contexte Général
Suite à une succession de tempêtes tropicales et ouragans sur Haïti entre fin août et début
septembre 2008, la ville de Gonaïves s’est retrouvée de nouveau ensevelie sous les boues.
Le bilan de la Direction de la Protection Civile Gonaïves a fait état de 149 morts, 50 000
familles sinistrées, 65 000 familles hébergées et environ 13 000 maisons détruites ou
endommagées. Si le nombre de décès est bien moindre qu’en 2004 (3 000 victimes en
2004), la tempête tropicale Hanna aurait causé plus de dégâts matériels et très certainement
psychologiques que le cyclone Jeanne.
L’opération proposée ciblait donc certains quartiers de la ville des Gonaïves particulièrement
affectés par les intempéries de la saison cyclonique 2008. Les estimations des boues
déversées sur la ville en septembre dernier oscillent entre 1,5 et 1,8 millions de m3 et 80%
de la ville ont été frappés.
Rapport de Capitalisation – Projet Argent contre Travail aux Gonaïves
© Action contre la Faim - 2009
6
2.2. Cadre technique du programme
Titre de l’opération :
Intervention d’urgence auprès de la population de Gonaïves affectée par les cyclones
Gustav, Hanna et Ike – Département de l’Artibonite, République d’Haïti
Objectifs :
L’intervention proposée visait à réduire la mortalité et la morbidité au sein des
populations de la ville de Gonaïves affectées par les inondations
L’intervention proposée visait à :
- améliorer l’environnement sanitaire des quartiers dévastés de Gonaïves
- fournir aux familles les plus vulnérables des moyens immédiats pour reconstruire leur
quotidien.
Résultats réalisés versus attendus :
Résultats attendus Résultats obtenus
Résultat 1 : L’environnement sanitaire et les
conditions d’hygiène se sont améliorés dans 5
quartiers au bénéfice de 15 000 résidents (soit
2 500 familles)
- Au moins 5 comités locaux composés de 3
personnes ont été créés pour la mise en œuvre
du programme.
- Distribution de kits d’outils sont distribués aux
comités pour les journaliers
- Au moins 500 kits de nettoyage ont été reçus et
sont utilisés par 2 500 familles.
- L’environnement sanitaire et les conditions
d’hygiène de 5 quartiers sont améliorés par le
travail de nettoyage de la population à travers
d’activités « Argent contre Nourriture ».
 100% du résultat attendu
5 comités de quartier ont été créés et ont
joué l’interface entre ACF et les
communautés.
 100% du résultat attendu
35 kits d’outils composés de brouettes,
pioches, pelles, bottes, masques, gants,
mètres ont été distribués aux journaliers.
 91% du résultat attendu
1 kit d’outils partagé entre 5 familles pour
nettoyer leurs maisons privatives a été
distribué auprès de 2 285 familles.
457 kits d’outils ont été distribués au
cours du programme
 106% du résultat attendu
33 rues ont été nettoyées dans les 5
quartiers ciblés, correspondant au
nettoyage de 8 507 mètres linéaires et à
l’extraction de 30 395 m3 de boues.
Rapport de Capitalisation – Projet Argent contre Travail aux Gonaïves
© Action contre la Faim - 2009
7
Résultat 2 : La sécurité alimentaire de 1 250
familles affectées est renforcée
- Au moins 1 250 personnes ont participé aux
activités de « Argent contre Travail » et ont reçu
un revenu lié à ce travail.
 165 % du résultat attendu
2 0701 personnes ont participé aux activités
Argent contre Travail d’ACF. Chaque
journalier était recruté pour une période de
12 jours (dont deux de participation
communautaire, ce qui veut dire que seuls
10 jours étaient réellement rétribués) et
recevait 150 HTG (équivalent à 3 Euro) par
jour. Ainsi chaque participant a reçu au
minimum 30 Euro en paiement de leur
contribution au nettoyage.
2.3. Activités mises en place
En bref :
ACF a participé à partir de Novembre 2008 aux opérations de nettoyage de la ville des
Gonaïves. A la fin du programme, soit mi-mars, les résultats étaient donc les suivants :
- Nombre de bénéficiaires couverts par le programme estimé à au minimum 21 775
personnes sur 21 500 initialement prévus (2 070 pour le Cash For Work + 2 285 pour les
distributions d’outils * 5 membres par famille). La répartition entre les deux activités est
de 2 070 pour le CFW et de 2 285 familles pour les distributions d’outils, soit des
résultats légèrement au-dessus des objectifs initialement fixés.
- 5 quartiers ciblés par le programme : Bois d’Ormes, La Tannerie, Bouk Vincent, Polkos et
Ambapointe. Au total, 8 507 mètres linéaires de rues auront été dégagés et 30 395 m3
de boues évacuées des quartiers.
- Au total, près de 63 500 Euro auront été injectés dans l’économie locale à travers le
paiement de journaliers pour le nettoyage des rues.
- La distribution de kits d’outils (1 kit pour 5 familles) pour le nettoyage des habitations
aura permis à plus de 2 000 familles de retourner chez elles. Il est à noter que si le projet
prévoyait 1 kit pour 5 familles, dans la réalité chacun des kits aura profité à un plus grand
nombre encore de familles, augmentant un peu plus l’impact du projet.
Détail des activités mises en place :
 1 250 bénéficiaires (1 personne par famille) sont sélectionnés dans 5 districts des
Gonaïves pour contribuer au nettoyage des infrastructures publiques à travers un projet
d’Argent contre Travail.
Phase initiale:
Un comité composé de trois membres a été instauré dans chacune des zones ciblées pour
jouer l’interface entre ACF et les habitants du quartier. Au cours de réunions
communautaires (de deux à trois dans chaque quartier avant le démarrage des travaux), les
priorités des habitants étaient discutées de façon à sélectionner les rues ou canaux à
nettoyer en priorité. Il est important de préciser qu’ACF s’est positionnée sur des rues
secondaires, qui étaient difficilement accessibles par les engins des travaux publics. Le
volume de travail et le nombre de journaliers étaient estimés en collaboration avec les
1 2 025 personnes dans les 5 districts ciblés et 45 personnes recrutées début Décembre pour faciliter l’accès à
l’une des cantines populaires d’ACF dans le quartier de K-Soleil
Rapport de Capitalisation – Projet Argent contre Travail aux Gonaïves
© Action contre la Faim - 2009
8
membres des comités, ce qui permettait d’estimer le coût et le temps nécessaires pour
chacune des tâches. Des outils de suivi des travaux ont également été élaborés de façon à
pouvoir correctement vérifier l’avancée du nettoyage et planifier les paiements des
journaliers (ceux-ci étant payés à la tâche et non à la journée de travail).
Des équipes composées chacune de 15 journaliers étaient ainsi constituées sur la base des
listes préparées par les comités. La participation d’un minimum de femmes était obligatoire.
Afin d’éviter le clientélisme, ACF était chargée de vérifier les listes proposées en fonction des
critères d’éligibilité prédéfinis. Les journaliers étaient recrutés pour une période de 12 jours
dont deux jours considérés de participation communautaire (i.e. non rémunérés). Le montant
du paiement des journaliers participant aux activités Argent contre Travail a été défini au sein
de la coordination animée par les agences des Nations Unies des Gonaïves. Toutes les
organisations impliquées sur ce type de programme s’engageaient donc à verser 150 HTG
(3 Euro) par jour et par personne.
ACF s’engageait également à fournir les kits d’outils aux comités pour la réalisation des
travaux. Les kits (1 kit par équipe de 5 travailleurs) étaient composés des items suivants :
- Brouette: 7
- Pelle: 5
- Pioche: 3
- Gants: 15
- Bottes: 15
- Mètre : 1
Au total, 35 kits ont ainsi été distribués sur la durée du projet. La responsabilité de ces outils
a été, au terme du programme, confiée aux comités pour des travaux communautaires. Il
peut être intéressant, à ce titre, de souligner qu’ACF a récemment (fin juin) mobilisé le stock
de Bouk Vincent pour une nouvelle phase de nettoyage communautaire.
Activités:
Le nombre de bénéficiaires directs est supérieur aux objectifs initialement prévus. Cette
augmentation n’a été possible qu’en raison de la diminution du nombre de jours travaillés par
personne (12 au lieu des 20 initialement planifiés). Ce changement de stratégie s’explique
par la situation extrêmement précaire des Gonaïves au moment du démarrage du
programme. Les dégâts ont en effet provoqué de graves pertes matérielles, mais aussi la
déstructuration économique de la ville (nombreuses pertes d’emplois et manque de capital
pour pouvoir redémarrer des activités). Il a donc été décidé de réduire le nombre de jours
travaillés pour pouvoir inclure un nombre plus important de personnes, soit 2 070 au lieu des
1 250 initialement prévues.
Cinq quartiers ont été ciblés de mi-décembre à début mars: Paul Cosse (450 journaliers),
Ambapointe (225 journaliers), La Tannerie (270 journaliers), Bouk Vincent (225 journaliers),
Bois d’Ormes (855 journaliers). De plus, 45 personnes ont été employées du 26 Novembre
au 9 Décembre pour nettoyer l’accès à une des cantines d’ACF (programme de distributions
de bouillie aux enfants de moins de 5 ans), soit 140 mètres de la Ruelle Michel et Egalité.
Le tableau suivant synthétise les principales réalisations par rapport aux objectifs initiaux:
Prévus
Réalisés
Zone Longueur
(m.l.)
Volume
(m3)
Longueur
(m.l.)
% Volume
(m3)
%
Paul Cosse 1 230 4 650 1 094 89% 5 756 124%
Amba Pointe 1 453 2 332 1 370 94% 3 558 153%
La Tannerie 1 393 5 292 1 350 96% 5 275 ~100%
Bouk Vincent 1 470 3 503 1 533 104% 3 997 114%
Bois d’Orme 3 261 12 801 3 159 97% 11 734 92%
Total 8 807 28 579 8 506 97% 30 320 106%
Rapport de Capitalisation – Projet Argent contre Travail aux Gonaïves
© Action contre la Faim - 2009
9
En-dehors de l’assainissement des rues et des maisons, l’un des objectifs de ce programme
était d’injecter de l’argent dans l’économie locale et de permettre aux populations ciblées de
regagner leur autonomie alimentaire et économique. Les infrastructures et les emplois ont en
effet été sérieusement affectés et la plupart des habitants des Gonaïves ont perdu l’essentiel
de leur capital productif et non productif. Les activités Argent contre Travail était donc une
option pour sécuriser les revenus des personnes les plus affectées par les passages
cycloniques. Malheureusement, il n’a pas été possible d’évaluer l’impact du projet sur la
situation économique des populations bénéficiaires ni d’étudier l’utilisation faite des sommes
perçues.
 Distribution de 500 kits de nettoyage pour 2 500 familles (1 kit pour 5 familles)
Il a été entendu au cours des réunions de coordination inter-agences que les activités Argent
contre Travail devaient se limiter aux infrastructures publiques. Toutefois, et considérant les
immenses besoins de nettoyage des habitations privées, ACF s’est engagée à distribuer des
kits d’outils aux familles les plus affectées des quartiers ciblés. Un kit était alors prévu pour 5
familles et était composé des items suivants :
- Brouette: 4
- Pelle: 4
- Botte: 5
- Gant: 5
- Seau: 10
- Houe: 2
- Masque de protection: 5
- Râteau: 2
- Brosse plastique: 5
- Désinfectant: 5
- Serpillière: 5
D’après le suivi sur le terrain et les discussions auprès des bénéficiaires de ces kits de
nettoyage, il semblerait que le partage des outils se soit fait sans difficulté et même, semblet-il au-delà des 5 familles initialement planifiées. Un rapide questionnaire auprès de chacune
des familles bénéficiaires a été réalisé avant les distributions, incluant des questions
relatives aux conditions de vie et à l’accès aux revenus.
Les conditions de vie avant les distributions d’outils étaient les suivantes :
A
domicile
Sur le toit Abri Voisins En-dehors
de la ville
Pas de
réponse
Ambapointe 27.2% 0.3% 55.0% 15% 0% 2.5%
La Tannerie 65.6% 2.1% 27.7% 0% 2.1% 6.4%
Bouk Vincent 82.0% 6.1% 5.2% 1.6% 2.2% 3%
Polkos 16.5% 0.6% 82.0% 1% 0% 0%
Comme indiqué par le tableau précédent, les conditions de vie avant les distributions d’outils
étaient très variables d’un quartier à l’autre. A Polkos et Ambapointe, la majorité des
personnes interrogées vivaient toujours dans des abris au moment des distributions, soit près
de 4 mois après le passage des cyclones. D’après les monitorings terrain, les outils distribués
ont eu un impact très positif pour aider les habitants à retourner vivre chez eux.
Rapport de Capitalisation – Projet Argent contre Travail aux Gonaïves
© Action contre la Faim - 2009
10
Activités:
457 kits d’outils ont été distribués sur la durée du projet, bénéficiant à 2 285 familles réparties
de la façon suivante :
Bois d’Ormes La Tannerie Bouk Vincent Ambapointe Polkos TOTAL
Nombre de Kits 166 75 64 89 63 457
Bénéficiaires
directs
830 375 320 445 315 2 285
Date de
Distribution
[75] = 06/01/09
[91] = 03/03/09
[73] = 27/12/08
[2] = 03/03/09
[60] = 24/12/08
[4] = 03/03/09
[86] = 30/12/08 [59] = 23/12/09
[4] = 03/03/09
Cette activité semble avoir eu un impact important, en augmentant la capacité des personnes
affectées à nettoyer leur domicile, et donc leur permettant de retourner y vivre.
3. ANALYSE DE L’INTERVENTION
Un certain nombre d’enseignements peut être retenu de ce programme ‘Argent contre
Travail’ :
3.1. Date de démarrage et dimensionnement du programme :
Le projet ACF de Nettoyage des rues n’a débuté que début décembre, soit 3 mois après la
catastrophe. Considérant qu’il devrait s’agir d’une réponse immédiate à l’urgence, que ce
type d’activités est extrêmement rapide à mettre en œuvre et que l’impact d’un tel projet est
instantané, un démarrage beaucoup plus rapide devrait être possible et est fortement
recommandé. A titre de comparaison, la réponse apportée par ACF était nettement plus
tardive que celle des autres organisations.
Un autre point à soulever est relatif au dimensionnement du programme. En effet, le projet
aurait pu et dû être beaucoup plus ambitieux au regard des besoins humanitaires et de la
capacité et expertise d’ACF à mettre en place ce type de réponse. L’objectif initial ne visait
que 1 250 familles, ce qui était très largement sous-dimensionné par rapport à la population
totale affectée. Il aurait été préférable de prévoir une durée et un volume beaucoup plus
important au moment où les fonds d’urgence étaient disponibles, sachant qu’ensuite, et
malgré plusieurs propositions soumises, il n’a plus été possible d’obtenir des financements
pour une extension du programme.
3.2. Identification & sélection des bénéficiaires :
La sélection des bénéficiaires s’est d’abord faite sur le choix des quartiers ciblés pour le
nettoyage. Des critères de vulnérabilité ont, par ailleurs, été élaborés pour sélectionner les
bénéficiaires du programme. La vérification des listes proposées par les comités aurait dû se
faire plus rigoureusement, i.e. en utilisant des questionnaires de ménages.
3.3. Evacuation des boues :
Il semble que dès les premières réunions de coordination tenues aux Gonaïves (cluster
nettoyage) la question de l’évacuation des boues ait été abordée et qu’il était alors exigé que
chacune des organisations participant au nettoyage soit responsable de leur transport vers
les sites de décharges (opinion partagée par le Gouvernement et les bailleurs). Or, le budget
obtenu par ACF ne comprenait pas la location de camions ni de pelles mécaniques, ce qui
impliquait une collaboration avec d’autres acteurs (CNE, MTPTC, OIM…). ACF a défendu
une approche de mutualisation des moyens logistiques, qui aurait eu de multiples
avantages : a) financier tout d’abord en réalisant des économies d’échelle et assurant un
Rapport de Capitalisation – Projet Argent contre Travail aux Gonaïves
© Action contre la Faim - 2009
11
meilleur contrôle des coûts [ex : meilleur contrôle des coûts de location si la demande est
centralisée] ; b) efficacité ensuite pour au moins deux raisons : la planification de
l’évacuation des boues est facilitée si réduction du nombre d’acteurs et avantages
comparatifs par une spécialisation des tâches [organisations/entreprises professionnelles en
logistique versus organisations compétentes dans l’approche communautaire] ; c) la gestion
des sites de décharge n’aurait certainement pas été aussi chaotique si les rôles avaient été
mieux définis [aucun contrôle sur le site de décharge, dépôt anarchique des boues…]. La
philosophie de la mutualisation est donc tout à fait légitime et aurait sans nul doute été la
mieux adaptée dans ce contexte. Toutefois, et cela était clair depuis le début, ce n’était pas
la solution choisie pour Gonaïves.
Si des contacts avec la CNE ont permis d’évacuer une bonne partie des boues des rues
nettoyées par ACF, certaines piles n’ont pu l’être dans le cadre de ce projet, ce qui fut
sources de tensions avec les habitants des quartiers concernés et avec la Municipalité ou
autres organisations internationales. Une enveloppe complémentaire de 15 000 USD
obtenue du PNUD début juillet 2009 a toutefois permis l’évacuation des deux piles de boues
des quartiers de La Tannerie et de Bouk Vincent vers le site de décharge grâce à la location
de camions et d’une pelle mécanique et de l’embauche de 126 personnes pour 10 jours de
travail (Argent contre Travail).
A l’avenir, et tout en défendant la mutualisation des moyens, il faudrait prévoir dans le
budget la location de camions et pelles mécaniques.
3.4. Modalités de mise en œuvre :
Comme précédemment expliqué, la mise en œuvre de l’activité s’est appuyée sur des
comités de quartiers (un par quartier ciblé, soit 5 au total), constitués dans le cadre de ce
projet par ACF. Cette approche permet une meilleure appropriation du projet par les
communautés et en cas de nouvelle crise, devrait assurer une plus grande réactivité. Le
comité, en cas d’incident, doit garantir une meilleure gestion des problèmes.
3.5. Qualité des outils :
En règle générale, les outils distribués étaient de qualité moyenne à insuffisante pour l’usage
qui devait en être fait. Les brouettes, par exemple, n’étaient clairement pas adaptées à ces
travaux et nombre d’entre elles se sont trouvées endommagées en cours de projet. A
l’avenir, il faudrait mieux intégrer cette contrainte et soit prévoir une qualité supérieure si
disponible et accessible, soit et c’est probablement la solution la plus réaliste, prévoir une
quantité supérieure aux besoins, constituer un stock de pièces détachées et un petit atelier
de consolidation et de réparation des outils. Dans le cadre de la première option, une préidentification des outils nécessaire, de la qualité minimum requise et des fournisseurs devrait
être incluse dans le plan de contingence logistique de la mission.
En fin de projet, les outils étaient remis aux comités pour une utilisation communautaire. Lors
du projet d’évacuation des boues vers le site de décharge, ACF a ainsi pu utiliser les outils
confiés au comité de Bouk Vincent.
En-dehors de la qualité, un contentieux avec le fournisseur d’outils aux Gonaïves a quelque
peu perturbé la fin du programme, en retardant l’approvisionnement des matériels.
3.6. Sécurité des journaliers :
La prise en compte des accidents pouvant survenir sur les chantiers a probablement été
insuffisante. Sur ce type de projet et a fortiori après une catastrophe naturelle, les risques de
blessures sont importants, même si cela n’a pas été le cas sur le présent programme. Une
sensibilisation avant le démarrage des travaux aux équipes, comités et journaliers sur ces
Rapport de Capitalisation – Projet Argent contre Travail aux Gonaïves
© Action contre la Faim - 2009
12
risques et sur les solutions à apporter pour les minimiser ou y faire face devrait être
proposée. Un kit minimum de premiers soins aurait pu être confié à chaque comité pour
répondre aux blessures (coupures, chutes…).
3.7. Composition de l’équipe :
Les équipes ont été renforcées par rapport à la proposition initiale pour permettre
d’accentuer la mobilisation communautaire. Ainsi des animateurs de quartier (10 au total,
soit 2 par zone) ont été intégrés. Leur rôle était principalement 1) d’informer les
communautés des activités d’ACF dans le quartier, 2) de développer, orienter, organiser les
communautés à déterminer leurs propres besoins et priorités. Il est en lien direct avec le
Mobilisateur communautaire.
4. CONCLUSION & RECOMMANDATIONS
S’il fallait retenir quelques enseignements de cette réponse globale de nettoyage des rues
(i.e. de l’ensemble des acteurs impliqués dans cette action), il faudrait mettre en avant le
manque de planification et de priorisation qui en découle ainsi qu’une coordination
probablement insuffisante. Les réunions hebdomadaires organisées par le PNUD aux
Gonaïves permettaient un échange d’informations et de se coordonner sur une même
approche (ex : paiement des journaliers). Toutefois, la faible participation de certains acteurs
clefs a réduit l’intérêt de cette coordination. Les sujets suivants sont probablement parmi les
plus sensibles :
- La gestion du site de décharge d’Hatte Rocher (sortie des Gonaïves vers Anse
Rouge) s’est révélée très problématique. Les dépôts anarchiques ont considérablement
réduit la capacité de stockage du site et ont fortement contrarié l’accès.
- La gestion des moyens logistiques pour l’évacuation des boues est très loin d’avoir
été optimale générant des coûts additionnels importants. Comme précédemment
invoqué, la mutualisation des moyens logistiques auraient réduit les coûts.
- L’organisation et animation de la réponse globale n’ont pas été non plus optimales.
Le choix des priorités était laissé à la totale discrétion des différents acteurs. Or, une
meilleure coordination aurait dû permettre de fixer les priorités entre axes principaux,
secondaires, canaux primaires, secondaires ou caniveaux. Un plan de travail global
avec répartition des tâches entre les différents acteurs impliqués aurait permis une
réponse plus efficace, mieux anticipée et moins onéreuse.
Pour ce qui concerne plus spécifiquement ACF, il est évident que sa valeur ajoutée est sur la
gestion du volet Argent contre Travail et donc sur l’objectif d’amélioration des revenues des
plus vulnérables. Pour cela et comme précédemment indiqué, le volume aurait pu être
beaucoup plus ambitieux tant les besoins étaient importants. L’apport d’un revenu est crucial
aux lendemains d’une catastrophe naturelle tant pour satisfaire les besoins élémentaires de
la famille que pour réinvestir dans un capital pour la reprise d’une activité économique ou
encore pour des aspects de soutien psychologique (revalorisation de soi auprès des proches
ou familles d’accueil telle que mis en exergue dans l’étude psychosociale menée aux
Gonaïves).
Rapport de Capitalisation – Projet Argent contre Travail aux Gonaïves
© Action contre la Faim - 2009
13
ANNEXES
Annexe 1 - Carte zones intervention ACF.pdf
Annexe 2 - Carte estimation hauteur de boue.pdf
Annexe 3 - Cadre Logique de l’intervention
Annexe 4 - Plan de mise en œuvre initial.xls
Annexe 5 - Détail des réalisations et calendrier.xls

PDF Document reader online

This website is focused on providing document in readable format, online without need to install any type of software on your computer. If you are using thin client, or are not allowed to install document reader of particular type, this application may come in hand for you. Simply upload your document, and Docureader.top will transform it into readable format in a few seconds. Why choose Docureader.top?

  1. Unlimited sharing - you can upload document of any size. If we are able to convert it into readable format, you have it here - saved for later or immediate reading
  2. Cross-platform - no compromised when reading your document. We support most of modern browers without the need of installing any of external plugins. If your device can oper a browser - then you can read any document on it
  3. Simple uploading - no need to register. Just enter your email, title of document and select the file, we do the rest. Once the document is ready for you, you will receive automatic email from us.

Previous 10

Next 10