RF HAITI Gonaïves - Commune Eau Terre

Copy and paste this link to your website, so they can see this document directly without any plugins.



Keywords

pour, dans, chlore, abris, avec, 2011, personnes, Haïti, contre, Action, Assainissement, Hygiène, Faim, Artibonite, ateliers, Gonaïves,, sont, relais, Projet, Protection, comités, Rapport, leur, leurs, Final, d’hygiène, également, Civile, kits, pratiques

Transcript

Action contre la Faim
Projet Eau Assainissement et Hygiène
Gonaïves, Artibonite – Haïti
Rapport Final 2011
PROJET EAU, ASSAINISSEMENT ET HYGIÈNE
RAPPORT FINAL
SOUTIEN AUX PERSONNES VIVANT DANS LES ZONES VULNERABLES AUX
CATASTROPHES NATURELLES
VILLE DES GONAÏVES, ARTIBONITE – RÉPUBLIQUE D’HAÏTI
Zone des Abris validés
par la DPC
Action contre la Faim
Projet Eau Assainissement et Hygiène
Gonaïves, Artibonite – Haïti
Rapport Final 2011
SOMMAIRE
1. INFORMATIONS GENERALES ------------------------------------------------------------------------------------ 3
Résumé ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 3
Action contre la Faim en Haïti ------------------------------------------------------------------------------------------------- 3
2. PROBLEMATIQUE HUMANITAIRE ------------------------------------------------------------------------------ 4
2.1. Localisation de l’activité : Gonaïves ------------------------------------------------------------------------------ 4
2.2. Le contexte -------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 4
2.3. Les enjeux ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 5
2.4. La stratégie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 6
3. CADRE DU PROJET ------------------------------------------------------------------------------------------------- 7
3.1. Objectif général -------------------------------------------------------------------------------------------------------- 7
3.2. Objectif spécifique ----------------------------------------------------------------------------------------------------- 7
3.3. Résultats et Activités -------------------------------------------------------------------------------------------------- 7
3.4. Bénéficiaires ------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 23
4. CONCLUSION ------------------------------------------------------------------------------------------------------- 24
5. GESTION DU PROJET --------------------------------------------------------------------------------------------- 25
5.1. Mise en œuvre du projet ------------------------------------------------------------------------------------------- 25
5.2. Monitoring -------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 25
Action contre la Faim
Projet Eau Assainissement et Hygiène
Gonaïves, Artibonite – Haïti
Rapport Final 2011
1. INFORMATIONS GENERALES
Nom de l’Organisation Action Contre la Faim (ACF)
Objet du document Demande de subvention
Résumé
1.3.1. Titre de l’opération : Soutien aux personnes vivant dans les zones vulnérables aux
catastrophes naturelles dans la ville des Gonaïves, Artibonite.
1.3.2. Lieu de l’opération : Haïti
Département de l’Artibonite
Communes des Gonaïves
1.3.3. Secteur(s) d’activité : Eau, assainissement et hygiène
1.3.4. But de l’opération : Construction / Réhabilitation d’infrastructures sanitaires et
d’approvisionnement en eau dans les lieux identifiés par la
Direction de la Protection Civile comme abris potentiels pour les
populations vulnérables en cas de catastrophe naturelle
1.3.5. Période couverte et durée : Du 1
er septembre 2010 au 31 août 2011
12 mois
1.3.6. Budget total : 420 084 €
1.3.7. Montant de la subvention demandée : 50 000 €
Action contre la Faim en Haïti
Action contre la Faim (ACF), créée en 1979, est une Organisation Non Gouvernementale internationale, à but non
lucratif et non confessionnelle, opérant dans 48 pays, dans les domaines de la nutrition, la sécurité alimentaire, la
santé mentale, l’eau, l’assainissement, l’hygiène et le plaidoyer, dans le cadre de situations d’urgence et de posturgence.
ACF intervient en Haïti depuis 1985. Au cours de ces années de présence et en réponse à des crises récurrentes, la
mission Haïti a mis en œuvre des projets dans différents domaines d’actions relevant de son expertise. Ces
programmes, qu’ils s’inscrivent dans un contexte d’urgence (crises politiques, catastrophes naturelles, etc.) ou de
réponse à des problématiques structurelles, s’articulent autour d’une dynamique d’appui aux capacités locales
(services techniques décentralisés, société civile, CASEC/ASEC, etc.).
Avant le séisme de 2010, Action contre la Faim intervenait dans le département du Nord Ouest et dans le Nord du
département de l’Artibonite dans les domaines de :
 L’Eau, Assainissement et Hygiène (EAH) : projets de réhabilitation / construction de réseaux d’adduction en eau et
assainissement, construction de latrines familiales et dans les écoles ;
 La nutrition : soutien au Ministère de la Santé pour la mise en œuvre du protocole de prise en charge de la
malnutrition aiguë sévère, enquêtes nutritionnelles.
 De la sécurité alimentaire : intervention en réponse à l’urgence aux Gonaïves en 2008 à travers la prévention de la
malnutrition des enfants de moins de 5 ans (cantines populaires), transfert d’argent à travers des opérations de
travail à haute intensité de main d’œuvre (nettoyage des rues, réhabilitation de périmètres irrigués).
Par ailleurs, en tant que chef de file sur le département du Nord Ouest, Action contre la Faim participe à l’appui à la
Direction de la Protection Civile (DPC) dans son renforcement local des capacités de Gestion des Risques et Désastres.
Action contre la Faim
Projet Eau Assainissement et Hygiène
Gonaïves, Artibonite – Haïti
Rapport Final 2011
La présence de l’équipe de coordination à Port-au-Prince au moment du tremblement de terre, la disponibilité d’un
stock de matériels d’urgence sur Gonaïves et la réactivité des équipes du siège ont permis à l’équipe d’ACF d’être
opérationnelle 4 jours après le tremblement de terre, pour apporter une réponse aux besoins immédiats des
populations sinistrées par les tremblements de terre.
 Accès à l’eau potable, à un assainissement et à une hygiène de base pour 115 500 personnes,
 Distribution d’aide alimentaire et de kits d’urgence pour 8 000 familles (40 000 personnes),
 Soutien économique par la mise en place d’opération d’ « Argent contre Travail » pour près de 18 000 familles
(94 000 personnes) et de soutien financier direct pour 5 000 familles (25 000 personnes) extrêmement
vulnérables,
 Soutien à la diversité alimentaire et à la reprise économique du secteur du petit commerce à travers la
distribution de coupons alimentaires à 15 000 familles,
 Mise en place de structures de support à l’allaitement maternel des enfants de moins de 2 ans et soutien
psychosocial aux couples mère-enfant et aux personnes en détresse qui en ont besoin.
2. PROBLEMATIQUE HUMANITAIRE
2.1. Localisation de l’activité : Gonaïves
2.2. Le contexte
Un séisme de magnitude 7 sur l’échelle de Richter a frappé Haïti le 12 janvier 2010 à 16h53, et particulièrement la
capitale Port-au-Prince et sa région (départements de l’Ouest et du Sud Est), faisant un nombre extrêmement
important de victimes (230 000 morts, 300 000 blessés et 2 200 000 personnes affectées).
On estime que près de la moitié de la ville de Port-au-Prince a été détruite, de façon très inégale d’un quartier à
l’autre, mais aussi que les villes de Gressier, Léogâne, Grand Goâve et Jacmel sont détruites de 50 à 90%. Ces
destructions touchent aussi bien les habitations individuelles que les infrastructures publiques : le palais présidentiel,
le Parlement et presque tous les ministères se sont effondrés.
Au-delà de la destruction physique des infrastructures, le séisme ayant touché la capitale, c’est l’ensemble des
institutions du pays qui est ébranlé. De nombreuses personnes occupant des postes clés dans le fonctionnement de
l’Etat et des services publics (députés, professeurs, médecins, étudiants, etc.) ont péri dans l’effondrement des
bâtiments officiels ou de leurs habitations individuelles. La disparition de membres importants du gouvernement, et
des institutions nationales en général, crée un risque non négligeable de déstabilisation politique, laquelle pourrait
être exacerbée par les doutes quant au bon déroulement des prochaines élections (présidentielles, sénatoriales et
législatives) prévues pour novembre 2010, ou quant à la capacité du Pouvoir à répondre aux attentes de sa population
meurtrie.
Action contre la Faim
Projet Eau Assainissement et Hygiène
Gonaïves, Artibonite – Haïti
Rapport Final 2011
Les institutions départementales étaient déjà faibles avant le 12 janvier 2010 et certaines des meilleures ressources
humaines, notamment celles de la Direction de la Protection Civile (DPC), ont été mises à contribution à Port-auPrince, suite au séisme. Ces structures départementales souffrent ainsi d’un manque de moyens humains, financiers,
et du peu de support du niveau central, concentré sur la reconstruction de la capitale et la préparation des échéances
électorales majeures.
Il est estimé qu’environ 500 000 personnes ont quitté Port au Prince pour chercher refuge auprès de leur famille dans
des zones non directement affectées par le séisme, zones qui n’ont été que peu soutenues par l’aide humanitaire qui
s’est concentrée sur les zones directement affectées. Le département de l’Artibonite a ainsi accueilli 141 728
1
personnes. Ce département était déjà considéré comme très vulnérable du fait des conséquences des précédents
cyclones de 2004 et 2008, de ses faiblesses structurelles et d’un manque d’investissement financier. Cet afflux de
personnes déplacées a donc renforcé sa vulnérabilité.
L’exode rural constant et l’afflux vers la ville des Gonaïves d’environ 60 000 déplacés suite au tremblement de terre
(soit une augmentation de près de 19% de la population) a exacerbé un contexte économique pour le moins
déstructuré, réduisant encore davantage les marges de manœuvre financières des ménages ayant accueilli ces
déplacés.
L’exposition très élevée de la ville des Gonaïves aux risques cycloniques a été soulignée au cours des dernières années
avec les tempêtes et les cyclones de 2004 et 2008. Cette vulnérabilité est accrue par l’actuelle épidémie de choléra,
dont l’Artibonite est le foyer initial. Au-delà des nécessaires gros travaux visant à réduire les risques d’inondations
dans les Gonaïves, il s’agit également de travailler avec la population pour réduire leur vulnérabilité face à ces risques.
2.3. Les enjeux
Avant le séisme, le constat fait aux Gonaïves en matière d’infrastructures Eau, Assainissement Hygiène (EAH), était
identique à celui des autres villes haïtiennes, à savoir un déficit d’infrastructures et d’organisation et un
développement totalement anarchique, amplificateur de déstructuration en cas de catastrophes naturelles, et de
violences (bidonvilisation). La ville est pourvue de centaines voire de milliers de puits artésiens et forages de faible
profondeur qui permettent de palier le manque d’approvisionnement en eau (non chlorée et non potable) du réseau.
Ces ressources alternatives sont méconnues, aucune étude n’a été faite à l’échelle de Gonaïves à ce jour afin de les
dénombrer et caractériser. Seules les principales ressources telles que le réseau SNEP sont connues. Cependant, ces
forages sont souvent contaminés car l’aquifère peu profond est pollué par percolation des latrines environnantes. Une
majeure partie de la population a ainsi recours à l’achat d’eau traitée par osmose inverse en théorie potable, si les
systèmes de filtration des installations de traitement privées sont correctement entretenus. Les contrôles des services
sanitaires sont néanmoins rares voire inexistants.
Une meilleure connaissance de ces puits et forages permettraient d’identifier des points d’eau alternatifs à solliciter
en cas d’urgence et notamment pour pallier des défaillances du réseau principal du SNEP.
Les besoins en formation et en sensibilisation à l’hygiène, notamment liée à l’eau restent encore importants aux
Gonaïves. Il reste également opportun de renforcer et de répéter la sensibilisation en s’appuyant sur les comités
locaux d’assainissement et des relais communautaires pour assurer une plus large diffusion et la pérennité du
changement de comportement.
L’accès permanent à une eau de qualité et à un prix raisonnable reste un défi à poursuivre.
Malgré les leçons apprises et le renforcement du CNGRD (Conseil National de la Gestion des Risques et Désastres) au
niveau central suites aux tempêtes et cyclones de 2004 et 2008, les moyens et les compétences des autorités et de la
protection civile au niveau communal sont insuffisants pour assurer la prévention, la préparation comme la gestion de
crise, et notamment la mise à disposition d’abris permettant l’accueil des plus vulnérables dans des conditions
d’hygiène satisfaisantes. Il faudrait de considérables travaux d’infrastructures pour arriver à des résultats satisfaisants
en matière d’atténuation des risques à l’échelle de la ville, et en attendant, les autorités et la population restent souspréparées en cas d’alerte.
1
Chiffre de la DPC (Direction Protection Civile) sur le recensement de la population en Artibonite – Mars 2010
Action contre la Faim
Projet Eau Assainissement et Hygiène
Gonaïves, Artibonite – Haïti
Rapport Final 2011
Le Comité Communal de la Protection Civile a identifié et validé 16 sites et abris pouvant être réquisitionnés en cas
d’alerte cyclonique mais ils ne sont que d’une capacité totale d’accueil de 2 200 personnes, ce qui est très insuffisant à
ce jour
2
. Il est à souhaiter que d’autres sites soient trouvés dans les mois à venir, pour la ville des Gonaïves comme
pour les zones rurales alentours. Cependant, les abris déjà identifiés ne remplissent pas les standards attendus,
notamment en matière d’accès à l’eau potable, de latrines et de cuisines sur lesquels l’aide d’ACF a été sollicitée par
la Protection Civile
3
.
La population quant à elle, a une connaissance très limitée du risque dans lequel elle vit comme du comportement à
adopter en cas d’alerte ou de crise. C’est ainsi que la population est en majorité anxieuse durant la saison cyclonique,
ce qui pousse de nombreux habitants à monter sur les hauteurs de la ville aux premières gouttes de pluies. De son
positionnement géographique, la ville des Gonaïves connaîtra chaque année une période cyclonique et la population
doit ainsi apprendre à vivre avec et à se protéger de ce risque cyclique de catastrophe naturelle. Pour ce faire, en plus
de réponses physiques de la part des autorités, une explication rationnelle des phénomènes cycloniques comme des
comportements à adopter doit être apportée à la population.
Enfin, le niveau de préparation de la commune, de la protection civile et des différents acteurs locaux pour faire face à
une catastrophe étant faible, la capitalisation des sources d’eau disponibles en cas de catastrophe n’ayant pas été
réalisé, un investissement dans la formation, l’accompagnement et la capitalisation s’avère nécessaire pour accélérer
et améliorer les réponses en cas d’urgence, sans dépendre constamment de l’aide internationale.
2.4. La stratégie
- Formation de 6 relais communautaires pour la promotion auprès de leur communauté de pratiques d’hygiène
adaptées et la sensibilisation à la compréhension, prévention et gestion des risques liés à la vulnérabilité des
Gonaïves aux catastrophes naturelles,
- Appui aux 3 Comités Locaux d’Assainissement existants et création de 3 nouveaux pour renforcer les pratiques
d’hygiène et assurer la production locale de chlore en cas de catastrophe naturelle,
- Réhabilitation/construction de latrines et de systèmes d’approvisionnement en eau dans les 16 abris désignés
de la Protection Civile pour accueillir les personnes les plus vulnérables (enfants, femmes enceintes ou allaitantes,
personnes malades, âgées ou à handicap) en cas d’alerte cyclonique,
- Diagnostic des ressources en eau mobilisables en cas de réponse aux catastrophes naturelles, formations à
l’intervention en Eau, Assainissement et Hygiène en lien avec la Protection Civile.
Dans le cadre de ces opération, ACF met en œuvre plusieurs projets visant à atténuer le niveau de vulnérabilité des
familles en termes économique, sanitaire, et psycho-social voire réduire la vulnérabilité de la population aux « chocs »
et aux catastrophes : opérations de « Cash For Work » (Argent contre Travail, sur des opérations à haute intensité de
main d’œuvre), activités génératrices de revenu et appui psycho social, distribution de coupons alimentaires et
sensibilisation à la diversification alimentaire et aux bonnes pratiques de soins, distribution de semences vivrières et
maraichères.
2
Le chiffre de 70 000 familles potentiellement affectées a été évoqué lors d’une réunion du Comité Départemental de Gestion des Risques de
Désastres le 22/07/2010
3
Victor Tercius, Responsable Logistique du Comité Communal de la Protection Civile de Gonaïves, rencontré le 29/07/2010 dans le cadre de
l’évaluation complémentaire du projet.
Action contre la Faim
Projet Eau Assainissement et Hygiène
Gonaïves, Artibonite – Haïti
Rapport Final 2011
3. CADRE DU PROJET
3.1. Objectif général
Contribuer à la prévention de la malnutrition des populations affectées directement ou indirectement par le séisme
du 12 janvier 2010.
3.2. Objectif spécifique
Renforcer les capacités de résilience des populations du Nord Artibonite affectées par les déplacements consécutifs au
tremblement de terre du 12 janvier 2010 :
Indicateurs :
- Les 6 relais communautaires formés obtiennent la moyenne au test de connaissance de messages clés sur
l’hygiène,
- Au moins 2 000 personnes peuvent être abritées dans des abris répondant aux standards de la Protection Civile
en termes d’eau et d’assainissement,
- Au moins 6 Comités Locaux d’Assainissement sont en mesure de produire du chlore en cas d’alerte cyclonique,
- Au moins 6 Comités Locaux d’Assainissement produisent et vendent du chlore avant, pendant et après une
situation d’urgence.
3.3. Résultats et Activités
 Résultat 1 : Les populations bénéficiaires améliorent leurs conditions d’hygiène et disposent de sites d’abris
équipés en cas d’alerte cyclonique
- Formation de 6 relais communautaires pour la promotion de pratiques d’hygiène adaptées,
- Appui aux 3 Comités Locaux d’Assainissement existant et création de 3 nouveaux pour renforcer les pratiques
d’hygiène et assurer la production locale de chlore en cas de catastrophe naturelle
- Réhabilitation/construction de latrines et de systèmes d’approvisionnement en eau dans les 16 abris désignés de
la Protection Civile
- Diagnostic des ressources en eau mobilisables en cas de réponse aux catastrophes naturelles, formations à
l’intervention en Eau, Assainissement et Hygiène en lien avec la Protection Civile.
Voir cadre logique ci-après.
Action contre la Faim
Projet Eau Assainissement et Hygiène
Gonaïves, Artibonite – Haïti
Rapport Final 2011
Titre de
l’action
Soutien aux personnes vulnérables vivant dans les zones accueillant de nombreux déplacés suite au séisme du 12 janvier
2010 dans le Nord Artibonite.
Objectif
principal
Contribuer à la prévention de la malnutrition des populations affectées directement ou indirectement par le séisme du 12
janvier 2010
Logique d’intervention Indicateurs objectivement
vérifiables
Sources de vérification Risques et hypothèses
Objectif
spécifique
Renforcer les capacités de
résilience des populations du
Nord Artibonite affectées par
les déplacements consécutifs
au tremblement de terre du 12
janvier 2010
- Au moins 2 000 personnes peuvent
être abritées dans des abris
répondant aux standards de la
Protection Civile en termes d’eau et
d’assainissement
Localisation et
description des abris
respectant les standards
de la protection civile.
Il n’y a pas d’épidémie ni crise
politique majeure.
Résultats
Résultat 1 : Les populations
bénéficiaires améliorent leurs
conditions d’hygiène et
disposent de sites d’abris
équipés en cas d’alerte
cyclonique
- 6 relais communautaires formés
obtiennent la moyenne au test de
connaissance de messages clés sur
l’hygiène
- Au moins 6 Comités Locaux
d’Assainissement sont en mesure de
produire et de vendre du chlore en
cas d’alerte cyclonique et hors de
situation d’urgence
- 16 abris seront équipés
d’infrastructures eau et
assainissement en adéquation avec
les standards de la protection civile.
- Rapport d’analyse des
comportements suite à
des simulations d’alerte
- Certificat de formation
des CLA et rapport
d’analyse des exercices
de simulation
- coordonnées GPS des
latrines réhabilitées
Activités
- Formation de relais communautaires pour la promotion de pratiques d’hygiène adaptées
- Appui aux Comités Locaux d’Assainissement pour renforcer les pratiques d’hygiène et assurer la
production locale de chlore en cas de catastrophe naturelle
- Réhabilitation/construction de latrines, douches et points d’approvisionnement en eau dans les
abris désignés de la Protection Civile
- Diagnostic des ressources en eau mobilisables en cas de réponse aux catastrophes naturelles,
formations à l’intervention en Eau, Assainissement et Hygiène en lien avec la Protection Civile
Les zones vulnérables visées
restent accessibles.
La DPC et les acteurs locaux
(ex.: Croix-Rouge haïtienne)
maintiennent leur engagement
à soutenir et accompagner le
programme en faisant
participer leurs membres clefs.
Conditions préalables
Aucune catastrophe naturelle
majeure ne vient changer le
contexte du département.
Action contre la Faim
Projet Eau Assainissement et Hygiène
Gonaïves, Artibonite – Haïti
Rapport Final 2011
Résultat 1 : Les populations bénéficiaires améliorent leurs conditions d’hygiène et disposent de sites d’abris équipés
en cas d’alerte cyclonique
Volet promotion de l’hygiène et production de chlore :
Activité 1 : Formation de relais communautaires pour la promotion de pratiques d’hygiène adaptées :
Dans le cadre d’un programme débuté en juillet 2009 et courant jusque fin 2010, l’approche privilégiée pour la
promotion de l’hygiène et le traitement de l’eau en zone urbaine est basée sur des visites à domicile. Une
méthodologie a été développée par ACF depuis les opérations d’urgence suite aux inondations de 2008. Dans le cadre
du présent projet, ACF s’appuiera sur 6 relais communautaires pouvant assurer la continuité des messages au sein de
la population. Ces personnes ressources auront la charge de transmettre, au niveau des foyers, les messages clés sur
les pratiques d’hygiène et des bonnes pratiques de soin, et sur le traitement de l’eau. Ces relais communautaires
seront sélectionnés sur la base du volontariat ; ils pourront par exemple être des membres d’associations actives dans
les quartiers ciblés, des professeurs d’écoles, des personnels de santé ou des leaders communautaires ou religieux.
ACF organisera des sessions de formations de tous ces relais communautaires et remettra à chacun du matériel
d’information et de communication. La visibilité et reconnaissance sociale des relais communautaire sera un élément
important pour augmenter la motivation et l’intérêt individuel des personnes volontaires.
En fin de formation, un test sera réalisé afin de s’assurer de la compréhension des messages. Afin de maintenir le
niveau de motivation des personnes relais, des séances de formation seront faites régulièrement avec pour objectif de
rappeler et approfondir les messages de promotion de l’hygiène.
 Activités réalisées à fin août 2011
Il existe 7 relais communautaires / ateliers de chlore qui sont répartis sur la ville. Les quatre (4) relais créés au cours
du projet ont été implantés dans les zones à proximité des abris provisoires tout en essayant de créer un maillage
cohérent pour desservir au mieux l’ensemble des quartiers.
Action contre la Faim
Projet Eau Assainissement et Hygiène
Gonaïves, Artibonite – Haïti
Rapport Final 2011
Carte 2-1 : Localisation des CLA / Ateliers chlore des Gonaïves
La sélection des membres de ces relais a pris en compte :
1. l’intérêt des personnes pour le projet
2. leur disponibilité, leurs connaissances et leurs capacités préalables
3. la reconnaissance et légitimité des associations impliquées
4. la représentation féminine et de celle des jeunes
22 associations ont été intégrées dans le réseau, ce qui porte le total à 41 associations avec les anciens ateliers, soit
113 personnes dont 17 notables (13 hommes et 4 femmes notables), 62 femmes, 51 hommes. Le nombre
d’associations par atelier est variable.
Il y a 59 membres titulaires et 54 suppléants. Le nombre de titulaires par comités est de :
- 7 personnes titulaires pour centre ville
- 13 pour K-Soleil
- 9 pour Trou Sable
- 7 pour Pont Gaudin
- 8 pour Praville
- 7 pour Bienac
- 8 Pour Gatereau
L’ensemble de ces personnes ont reçu des formations concernant :
- les bonnes pratiques d’hygiène
- la prévention choléra
- la prévention et gestion des risques naturels, en particulier le risque cyclonique
- le traitement de l’eau / chloration (l’utilisation des antenna Wata.
Des informations sur :
- les bonnes pratiques de soin mère / enfant via l’équipe de psychologues de ce programme.
Des certificats ont été remis pour les personnes ayant réussi les tests de fin de formation.
95% des relais communautaires ont obtenu la moyenne aux tests de connaissance de messages clés sur l’hygiène et
la prévention, gestion des risques.
PGR promotion de l'Hygiène Antenna Wata
Participants Réussi % réussite Participants Réussi % réussite Participants Réussi % réussite
Centre ville 2 2 100% 3 3 100% 1 1 100%
K Soleil 12 12 100% 5 5 100% 7 4 57%
Trou Sable 5 5 100% 3 3 100% 3 3 100%
Bienac 13 12 92% 11 10 91% 11 6 55%
Gatereau 13 12 92% 8 8 100% 7 3 43%
Pont Gaudin 5 5 100% 5 5 100% 5 5 100%
Praville 9 8 89% 9 9 100% 9 6 67%
Total
Réussite
59 3 recalés 44 1 Recalé 43 15 recalés
95% 95% 65%
Tableau 2-1 : résultats des tests de formation
Ces relais communautaires se sont également vu remettre du matériel pédagogique (modules de formation à
l’hygiène, modules de formation PGR, affiches et dépliants concernant la prévention choléra) comme rappel et
support de formation.
Dans les locaux, des comités ont affiché la liste des abris provisoires en cas de catastrophes et les messages principaux
de conduite à tenir durant les phases d’alerte cyclonique. Par rapport à leurs activités de mobilisateurs
communautaires, ils ont reçu des T-shirts concernant la prévention choléra.
Les comités ont également reçu des T-Shirts liés à l’activité de production de chlore qui s’inscrivent dans une
démarche de marketing social autour de la promotion du traitement de l’eau et de la chloration : les relais sont
fédérés sous le terme d’ateliers Lapide Mikwob se référant au nom du produit chlore qui est vendu sous ce « label ».
Action contre la Faim
Projet Eau Assainissement et Hygiène
Gonaïves, Artibonite – Haïti
Rapport Final 2011
Leur visibilité est donc assurée par la communication autour du chlore, ils sont ainsi repérés et connus de la
population par les panneaux de leurs boutiques.
Durant la sélection des locaux pour les ateliers, un des critères de choix a d’ailleurs été que l’emplacement du local
soit judicieux par rapport à une stratégie de visibilité.
Les ateliers – relais ont intégré des activités de formation de la population sur le thème de la promotion de l’hygiène
et de la Prévention et gestion des risques :
- Par des séances de sensibilisation et de vulgarisation dans le cadre des activités associatives de la structure
(certaines associations jouaient déjà ce rôle dans leurs mandats),
- Lors d’émissions de radios.
- Par la distribution de flyers PGR.
- Lors de la vente des flacons de chlore pendant laquelle la bonne utilisation du produit était expliquée aux
clients et des rappels étaient effectués.
- Lors d’activités conjointes avec ACF où l’opportunité est prise pour faire passer des messages :
o distribution d’articles d’hygiène (bokits et kits de traitement)
o porte à porte lors de monitoring des foyers ciblés dans le programme passé concernant l’utilisation
des bokits et kits de traitements de l’eau
o porte à porte pour du suivi de clientèle
o enquête auprès des vendeurs d’eau traitée par osmose inverse, en vue de les sensibiliser et les lier à
la vente de chlore.
- Campagne de communication par camions sonorisés et diffusion de spots audio.
Le nombre total des bénéficiaires ciblés par les formations des relais communautaires - ateliers chlore est listé dans
les tableaux suivants :
• Promotion de l’Hygiène
Vente de chlore
1
1060 Clients
Distribution de kits
auprès des bénéficiaires
directs du projet
2946 Bénéficiaires
Distribution de kits
auprès des comités
2
de sélection des
bénéficiaires
98 Bénéficiaires
Marchandes
2
237
Total 4341 Personnes
• Prévention Gestion des Risques :
Vente de chlore
1
1060 Clients
Distribution de kits
auprès des
bénéficiaires
2
directs du
projet
2946 Bénéficiaires
Distribution de kits
auprès des comités
2
de sélection des
bénéficiaires
98 Bénéficiaires
Total 4104 Personnes
1
voir détail paragraphe suivant
² Au sein d’un autre programme ACF de distribution de coupons alimentaires, des comités de sélection ont été créés au
sein de la communauté pour identifier les personnes les plus vulnérables pouvant être bénéficiaires de ce programme
FFV. Ces bénéficiaires étant de nouveau sollicités par ce présent programme, ils ont également reçu des formations et
des kits.
Tableau 2-2 : Synthèse du nombre de bénéficiaires des formations des CLA
ACF a également délivré des formations en parallèle :
- Sensibilisation dans les écoles (notamment dans les écoles où le projet est intervenu pour les réhabilitations
des abris provisoires)
- Pour la création de comités pour la gestion des abris provisoires
- Formation d’associations de base
- Intervention dans les activités connexes d’ACF
• Promotion de l’Hygiène :
Dans les écoles 5108 Elèves et
professeurs
Prévention Gestion des Risques :
Auprès des
associations locales
449 Membres
d’associations
Action contre la Faim
Projet Eau Assainissement et Hygiène
Gonaïves, Artibonite – Haïti
Rapport Final 2011
Auprès des comités
d’abris
40 Personnes
Total 5148 Personnes
Auprès des comités
d’abris
40 Personnes
Jeunes Filles Mères
1
33 Personnes
Planteurs² 165 Personnes
Total 687 Personnes
1
ACF menait en parallèle de ce projet un programme de soutien au développement d’Activités Génératrices de Revenus
et de formation pour des jeunes filles mères.
²Un membre de l’équipe agro d’ACF a été formé pour délivrer des formations PGR et a pu en faire bénéficier les
planteurs avec lesquels ACF a travaillé dans le cadre d’un programme parallèle.
Tableau 2.4 : Synthèse du nombre de bénéficiaires des formations parallèles d’ACF
Soit au total,
Membres des CLA
sensibilisés
Total
Nombre de personnes sensibilisées à la
promotion de l’hygiène et à l’utilisation de
chlore
9489 44 9533
Nombre de personnes sensibilisées à la
Prévention, Gestion des Risques
4791 59 4850
Tableau 2-5 : Synthèse du nombre de bénéficiaires des formations
Perspectives :
• Que les ateliers se positionnent encore plus comme des entités relais et des leviers pour le développement de
leur communauté :
• Ces derniers ont commencé à développer et écrire des micros projets pour lesquels ils recherchent des
cofinancements ou du soutien technique :
- proposition d’intervention et de sensibilisation dans les écoles
- création de spots télévisés
- activités de curage de canaux
- construction de latrines publiques
- construction de murets sur les mornes pour réduction des risques d’éboulement ou d’écoulements
• Continuer à collaborer avec les CLA sur des projets divers d’ACF en tant que partenaire implémentant les activités
de sensibilisation.
Activité 2 : Appui aux Comités Locaux d’Assainissement pour renforcer les pratiques d’hygiène et assurer la production
locale de chlore en cas de catastrophe naturelle :
Pour la sélection d’une partie de ces relais communautaires, ACF s’appuiera sur les 3 Comités Locaux d’Assainissement
(CLA) formés lors du programme en cours et cité précédemment. Ceux-ci seront renforcés et accompagnés tout au
long du projet afin d’assurer sur le long terme leur capacité à transmettre des messages d’hygiène et à produire du
chlore. 3 nouveaux CLA seront également identifiés, formés et renforcés dans les zones proches des abris identifiés
par la DPC.
En cas d’accroissement de la demande en chlore, et pour soutenir cette production, ACF pourra, en fonction des
résultats atteints par les comités existants (s’il y en a un), donner du matériel supplémentaire aux comités déjà
existants ou nouvellement créés. L’objectif est double :
- permettre aux familles de chlorer l’eau de manière systématique à un prix très abordable (coût de revient très
faible grâce à un équipement minimal et à une matière première presque gratuite : le sel de mer produit dans la
zone),
- assurer la production locale et ininterrompue de chlore pour traiter l’eau en cas d’alerte et de réponse aux
catastrophes naturelles (ex : chloration des réservoirs de stockage d’eau prévus dans les abris, capacité de
traitement suite aux inondations, etc.).
Action contre la Faim
Projet Eau Assainissement et Hygiène
Gonaïves, Artibonite – Haïti
Rapport Final 2011
ACF assurera un suivi de la production et de la vente de solution chlorée. Avec l’appui des CLA et des relais
communautaires, 5 000 kits de traitement de l’eau à domicile (se composant d’une bouteille de solution chlorée de
250ml, un document explicatif des différents usages du chlore et d’une pipette afin de faciliter le dosage) seront
distribués aux personnes qui viendront s’approvisionner en chlore pour la première fois auprès du CLA.
Des exercices de simulations seront également réalisés au cours du programme afin de s’assurer du bon
fonctionnement de ces comités dans une situation de catastrophes naturelles.
Les Comités Locaux d’Assainissement et leur capacité à produire du chlore pour les populations déplacées dans ces
abris seront liés à la Protection Civile afin d’intégrer leurs compétences au plan de contingence de la ville.
 Activités réalisées à fin août 2011
Le protocole signé avec les 7 Comités Locaux d’Assainissement / Ateliers chlore a mis l’accent sur les principaux
objectifs suivants :
• Une meilleure accessibilité à un chlore produit localement pour traiter l’eau et améliorer les conditions
d’hygiène au foyer,
• La diffusion et la promotion de messages liés à l’hygiène et aux bonnes pratiques de gestion de l’eau et des
infrastructures sanitaires,
• Le soutien à la communauté en cas de catastrophes (ouragans, cyclones etc.),
• La diffusion de messages sur la Prévention Gestion des Risques,
• Le développement, via les revenus générés, de projets liés à l’eau, l’hygiène, l’assainissement, la prévention
et gestion des risques.
Les nouveaux ateliers ont reçu le matériel équivalent à celui qui avait été donné aux trois premiers CLA, à savoir les
kits antenna et le matériel de base pour la production de chlore en toute sécurité (gants, cache-nez, lunettes et
équipements de protection), l’équipement de bureau et un premier kit de flacons et étiquettes pour la vente.
D’importants délais d’approvisionnement des systèmes d’électrolyse (6 mois) ont affecté la période de suivi des
derniers ateliers créés. Pour autant les nouveaux comités ont montré un fort engagement et les associations
sélectionnées ont fait preuve de sérieux et de dynamisme.
Le soutien d’ACF à ces organisations s’est exercé suivant plusieurs axes :
1. Soutien à la structure et son organisation
2. Développement de la filière par du marketing social
3. Développement du réseau de producteur de chlore
4. Suivi des productions / ventes / trésorerie
1. Soutien à la structure et son organisation
Tout d’abord, plusieurs outils ont été développés pour affiner l’organisation des comités :
• Le protocole évoqué précédemment a été étoffé par rapport à la version initiale signée avec les premiers CLA
pour essayer de préciser plus en détail leurs rôles et de mieux définir l’organisation de la structure.
• Des fiches de postes ont été créées pour clarifier le rôle de chacun et pour leur donner une vision de leurs tâches
à plus longue échéance.
L’objectif a été également de s’assurer que ces tâches soient réparties au sein de l’équipe et que la charge de
travail soit divisée pour ne pas nuire à l’engagement bénévole des membres.
Comme évoqué dans le paragraphe précédent plusieurs formations ont été organisées. Le suivi de production, des
ventes, et de trésorerie s’est prolongé.
ACF a organisé le 11 et 12 août un second atelier de travail et de formation entre tous les CLA qui a permis de
structurer et de renforcer leurs liens, et d’envisager la création d’une fédération. Un travail a été entamé et est à
poursuivre par les CLA pour le dépôt d’un statut de plateforme associative auprès des autorités concernées.
Cela a également été l’occasion de refaire des bilans sur les performances, les enjeux et les perspectives, notamment
sur les stratégies de communication.
Action contre la Faim
Projet Eau Assainissement et Hygiène
Gonaïves, Artibonite – Haïti
Rapport Final 2011
2. Développement de la filière par du marketing social
Les campagnes de promotion entamées les mois passés se sont prolongées par :
• la distribution de prospectus pour une diffusion plus large (les premiers dépliants visaient en priorité les autorités,
les derniers s’adressaient à l’ensemble de la communauté)
• la visibilité des ateliers a été augmentée et s’est fondée sur le logo de la goutte d’eau :
o implantation de panneaux indiquant les ateliers
o les membres ont été identifiés par leurs T-shirts. Ces derniers disposaient également d’autocollants qu’ils
pouvaient placer à des endroits stratégiques.
• L’étiquette des flacons a été retravaillée
o Plus de précisions sur les conditions d’utilisation du produit
o Elle indiquait les ateliers qui avaient été également créés en zone rurale dans le cadre d’un programme
parallèle d’ACF de réponse aux épidémies de choléra
4
.
o Des messages de précaution d’utilisation plus explicites ont été ajoutés.
Schéma 2-2 : Etiquette des flacons de chlore Lapide Mikwob
• Comme rappelé dans le paragraphe précédant, la promotion du produit « Lapide Mikwob » s’est faite en parallèle
à la diffusion de messages de promotion de l’hygiène et de prévention et gestion des risques naturels, via des
spots radio, des campagnes de communication par camions sonorisés et diffusion de spots audio.
• L’expansion de la clientèle des CLA s’est faite par les membres identifiés comme promoteurs au sein des comités,
qui organisaient le bouche à oreille dans leurs organisations respectives et par du porte à porte dans les quartiers.
ACF a continué à appuyer cette expansion au travers d’activités conjointes :
o Enquête d’intérêt auprès des vendeurs d’eau traitée par osmose inverse – mise en relation pour l’achat
de chlore, la vente d’eau traitée
o Lien avec les autorités (DINEPA, DSA, MSPP, Mairie) et centres de santé
o L’organisation de distributions de masse de bokits à robinets et de kits de traitement de l’eau (flacon de
chlore et pipette) avec un double objectif :
4
Projet financé par SIDA, intitulé Improvements of Water and Sanitation access, in order to prevent new cholera outbreaks
Action contre la Faim
Projet Eau Assainissement et Hygiène
Gonaïves, Artibonite – Haïti
Rapport Final 2011
 Venir en soutien aux populations les plus défavorisées. En effet, ces personnes avaient reçu des
messages de bonnes pratiques d’hygiène mais leurs revenus les limitaient dans l’accès aux
produits d’hygiène
 Elargir la clientèle des CLA en organisant ces distributions au sein même des ateliers, avec les
CLA comme promoteurs de l’hygiène et PGR.
Ces distributions se sont étagées sur 4 zones (4 blocs des Gonaïves).
Les comités FFV de sélection des bénéficiaires du programme ACF « coupons manger frais » ont participé à
l’organisation des distributions. Ils ont également reçu des kits (1 bokit avec 1 flacon de chlore et 1 pipette) et des
formations en compensation de leur mobilisation.
Nombre de bénéficiaires
présents
Membre de comités
présents
Nombre de kits livrés
Bloc Nord 962 33 995
Bloc Ouest 888 27 915
Bloc Est 465 23 488
Bloc Sud 631 15 646
Total 2946 98 3044
Tableau 2-6 : nombre de bénéficiaires des kits de traitement de l’eau
250 bokits ont été laissés au CLA du centre ville qui organisait des distributions de kits (bokits et flacons) à Plaisance
(département du Nord).
55 bokits ont été cédées aux trois CLA ayant organisé les distributions (qu’ils sont en train de poursuivre), soit 165
bokits.
Des bokits ont également été laissés dans les sites des abris et les écoles où ACF a fait des formations.
 237 des 250 marchandes du programme FFV ont reçus des flacons (2) et une sensibilisation.
 A cela s’ajoutent les ventes régulières des ateliers chlore (voir tableau 2-8)
Au final, le nombre de kits de traitement (flacons et pipettes au minimum) distribués est de :
 Bénéficiaires des distributions 3044 (ACF en partenariat avec ateliers)
 Marchandes FFV 237
 Ventes des ateliers 1060
 Propre distribution des ateliers 415 (sans appui d’ACF)
Nombre de kits (flacons et pipettes) distribués 4756
3. Développement du réseau de producteur de chlore
Plusieurs acteurs utilisent des antenna wata en Haïti et dans l’Artibonite (voir carte ci-dessous):
• ACTED dans le bas Artibonite
• Caritas sur l’ensemble du département
• Main dans la Main en Artibonite et autre
ACF s’est coordonné avec ces acteurs pour éviter les chevauchements et optimiser la couverture, en particulier avec
Caritas qui envisageait d’implanter des antenna Wata dans des écoles des Gonaïves dans un but de sensibilisation à
l’utilisation du chlore.
Par ailleurs, ACF et les ateliers en tant que pionniers ont acquis de l’expérience et ont eu l’occasion de la faire partager
soit par les visites des ateliers et les échanges de méthodologie et d’outils, soit en organisant des formations de
formateurs (pour Caritas).
Action contre la Faim
Projet Eau Assainissement et Hygiène
Gonaïves, Artibonite – Haïti
Rapport Final 2011
Carte 2-2 : localisation des antenna wata en Haïti (source Antenna – Juin 2011)
Suivant la volonté et le concours de la DINEPA, ces acteurs et ces comités créés pourraient se fédérer.
Antenna a mis en place une plateforme web (Watasol) où les acteurs concernés peuvent échanger, poser des
questions, poster des commentaires et recevoir un soutien à distance d’Antenna.
Dans cet esprit de collaboration, d’échanges d’expériences et de procédés, ACF a participé à des mesures et tests à la
demande d’antenna pour avoir plus de données quantitatives sur la stabilité du produit et ses conditions de stockage.
L’autre lien mis en place avec les ateliers de chlore a été celui avec la DPC, ses brigadiers et les propriétaires des abris
provisoires. Des membres des brigades de protection civile et/ou des représentants des abris ont fait partie des
comités. Les procédures de gestion des abris incluaient les contacts des ateliers chlore.
4. Suivi des productions / ventes / trésorerie
Le bilan suivant peut être établi :
Les ateliers chlore ont un palier de capacité de production / vente qui s’est stabilisé entre 100 et 200 litres de chlore
par mois.
Litres / mois Ksoleil Centre Ville Trou sable Gatereau Biénac Praville Pont Gaudin Total
Octobre 2010 122 112 234
Novembre 2010 229 488 248 965
Décembre 2010 782 720 673 2175
Janvier 2011 269 156 0 425
Février 2011 339 166,5 345 850,5
Mars 2011 110 110 80 300
Avril 2011 41 109,5 119 269,5
Mai 2011 224 162 201 587
Juin 2011 154 111 202 467
Juillet 2011 104 57 108 42 189 24 69 593
Août 2011 60 110 133 116 192 74,5 57 742,5
Action contre la Faim
Projet Eau Assainissement et Hygiène
Gonaïves, Artibonite – Haïti
Rapport Final 2011
Litres / mois Ksoleil Centre Ville Trou sable Gatereau Biénac Praville Pont Gaudin Total
Total 2434 2302 2109 158 381 98,5 126 7608,5
Tableau 2-7 : Synthèse du suivi de production de chlore par les ateliers
0
100
200
300
400
500
600
700
800
900
oc t-1
0
no v10
dé c10
jan
v11
fé vr -1
1
m ar s11
av r-1
1
m ai11
jui
n11
jui
l-1
1
ao ût
-1
1
V
o lu m e en L
it re s Ksoleil
Centre Ville
Trou sable
Gatereau
Biénac
Praville
Pont Gaudin
Graphique 2-1 : Evolution de la production de chlore des CLA
Le pic de décembre correspond à une augmentation de l’intérêt pour le chlore dû à l’épidémie de choléra ayant alors
éclaté. Ensuite le processus a quelque peu souffert des distributions parallèles d’aquatabs et du développement de
l’approvisionnement sur les marchés de divers produits chlorés.
Mais avant tout, c’est une activité qui reste dans une période de démarrage et pour laquelle le marketing social
entamé doit encore s’étoffer pour que l’information et le bouche à oreille puissent progresser.
Le suivi de la clientèle nous indique une stabilisation en général à une trentaine de clients par mois avec une base
d’une vingtaine de clients plus ou moins réguliers selon les informations des fiches des CLA.
Nombre de
clients Ksoleil Centre Ville Trou sable Gatereau Biénac Praville Pont Gaudin Total
Octobre
2010 29 30 59
Novembre 11 24 12 47
Décembre 39 36 34 109
Janvier 54 31 0 85
Février 68 33 69 170
Mars 22 22 16 60
Avril 8 22 24 54
Mai 45 32 40 117
Juin 31 22 40 93
Juillet 8 12 5 1 14 17 57
Août 1 15 7 25 18 75 68 209
Total 316 279 247 26 32 92 68 1060
Moyenne 29 25 25 13 16 46 68 32
Tableau 2-8 : Synthèse du suivi de clientèle des ateliers
Action contre la Faim
Projet Eau Assainissement et Hygiène
Gonaïves, Artibonite – Haïti
Rapport Final 2011
Il a été difficile de suivre les gains générés sur l’ensemble de la période, mais ACF a pu cumuler des informations
depuis avril 2011.
Les ventes des CLA sont de l’ordre de 3000 gourdes par mois ou 50 euros.
Ventes
en gourdes Haïtiennes
Ksoleil Centre Ville Trou sable Gatereau Biénac Praville
Pont
Gaudin
Avril 1820 3680 220
Mai 6325 4880 6350
Juin 5320 5870 2900
Juillet 4800 2030 1100 0 2880 100 3880
Août 1220 3680 1330 2735 3700 2115 5920
Total (HTG) 19 485 20 140 11 900 2 735 6 580 2 215 9 800 72 855
Moyenne des ventes (HTG) 3 897 4 028 2 380 1 367,5 3 290 1 107,5 4 900 2 996
Tableau 2-9 : Suivi mensuel des recettes des ateliers
Les bilans comptables à la fin de la période de mesure (octobre 2010 à août 2011 pour les plus anciens) sont les
suivants :
Ksoleil Centre Ville Trou sable Gatereau Biénac Praville Pont Gaudin
HTG 39 530 41 250 35 790 2 735 6 580 2 050 9 800
Euros 680 711 617 47 113 35 169
Tableau 2-10 : Argent en caisse des ateliers
Il est à noter qu’ACF a encore subventionné l’activité par la donation de flacons et d’étiquettes. Mais celle-ci est à
considérer comme la création d’un fond de roulement qui leur permettait plus d’autonomie.
Perspectives :
Les CLA sont rentré dans une période où ils ont commencé à établir leur clientèle et ont pu améliorer leurs capacités
de prospection et de communication. Ils disposaient alors de fonds de caisse qui pouvaient leur permettre de soutenir
l’activité de manière autonome.
Il serait donc intéressant de poursuivre un soutien, notamment concernant :
• un suivi administratif et comptable
• un soutien à l’autonomisation : suivi de la capacité à gérer la logistique
• la poursuite du marketing social
• leur renforcement en tant que relais communautaires et porteurs de projets
Réalisations d’exercices de simulations d’alertes :
Dans le cadre de l’alerte rouge concernant le cyclone Emily en date du 4 août 2011, OCHA a soutenu la DPC en
organisant la coordination entre les acteurs. OCHA a sollicité ACF pour la pose de bladders en prévision de
l’alimentation en eau dans les zones à proximité des abris :
ACF et la DPC ont identifié 6 sites où installer les kits (kits du stock de contingence Unicef: une caisse avec un bladder,
une rampe de distribution, et les outils pour l’installation).
ACF a reçu le soutien du PAM pour le transport des kits et le déploiement des équipes par le prêt de camions et de
véhicules.
ACF et la MINUSTAH ont commencé l’installation des bladders et des rampes de distribution.
Il était prévu que la MINUSTAH organise le water trucking. Un représentant du Ministère des Affaires Sociales
observait les opérations. Si l’alerte a été levée assez rapidement, ces activités ont été l’occasion de mesurer la
coordination et l’organisation des acteurs impliqués.
Des constats ont pu être faits suite à cet exercice:
• L’absence de la DINEPA
• La DPC n’a pas suffisamment informé les propriétaires d’abris
Action contre la Faim
Projet Eau Assainissement et Hygiène
Gonaïves, Artibonite – Haïti
Rapport Final 2011
ACF a pu également tirer des leçons et des recommandations suite à l’exercice concernant :
- le déploiement et l’organisation de l’équipe,
- l’intérêt de pré-positionner les bladders avant les urgences
- l’identification de locaux d’entreposage sécurisés
- l’identification de matériels pour positionner correctement les bladders.
Le lien avec les ateliers de chlore n’a pas été opérationnel car l’alerte a pris fin avant leur sollicitation. Néanmoins, la
carte 2-1 montre que les quartiers où se trouvaient les abris disposaient d’un atelier chlore à proximité :
- les 3 abris de Gatereau et celui des Dattes (dont un est recensé par la DPC mais pour lequel le propriétaire n’a
pas accepté d’intervention d’ACF car il ne souhaitait pas faire partie de la liste d’abris)
- les 2 abris de Bienac
- les 5 abris de Praville
- Le lycée de Pont Gaudin, abris provisoire, hébergeait également un atelier chlore
Seul les abris de la Hatte rocher (abris OIM et CECI), étant éloignés de la ville, ne bénéficiaient pas de la même
couverture.
Par ailleurs, lorsqu’ACF a organisé les distributions, les ateliers ont montré leur capacité à produire entre 150 et 250
litres de chlore en seulement deux-trois jours par sessions de distributions. Sachant que 5 mL de chlore Lapide
Mikwob traite 20 litres, 150 litres traitent 600 m
3
soit 60 bladders de 10 m
3
.
Dans les procédures de gestion des infrastructures hydrauliques et sanitaires au sein des abris provisoires, le mode
d’emploi du chlore fabriqué par les ateliers est clairement notifié. Les contacts des ateliers étaient identifiés.
Action contre la Faim
Projet Eau Assainissement et Hygiène
Gonaïves, Artibonite – Haïti
Rapport Final 2011
Volet renforcement des capacités de réponses à l’urgence en matière d’EAH
Activité 3 : Réhabilitation/construction de latrines, douches et points d’approvisionnement en eau dans les abris
désignés de la Protection Civile
La ville des Gonaïves et une partie des zones rurales ciblées par les activités de sécurité alimentaires proposées dans
ce programme sont particulièrement vulnérables aux risques de catastrophes naturelles, et en premier lieu, aux pluies
importantes liées aux phénomènes cycloniques. Afin d’appuyer la Protection Civile et la Municipalité des Gonaïves à
faire face à de tels évènements, ACF réalisera la mise à niveau des infrastructures en Eau et Approvisionnement d’une
partie des 16 sites d’abris identifiés et validés par la Protection Civile du département de l’Artibonite, avec au
minimum :
- construction et/ou réhabilitation de latrines, de douches,
- construction / réhabilitation ou connexion à une alimentation en eau (réseau urbain, réservoir, captage d’eau de
pluie, équipement de ressource souterraine).
La Protection Civile sera partie prenante dans cette préparation, et il est attendu que des sites d’abris additionnels
soient validés et sélectionnés pendant la durée du projet. La mise en œuvre du projet permettra la mise à niveau
d’une partie des sites pour la fin de la saison cyclonique 2010, le reste sera opérationnel pour la saison 2011.
 Activités réalisées à fin août 2011
ACF a amélioré les infrastructures dans 11 abris. Les interventions dépendaient de l’accord des propriétaires et de la
DPC sur la réquisition du site en cas de catastrophe (signature d’un protocole).
La liste de 16 abris a diminué au cours du projet. Certains lieux mentionnés n’existaient pas réellement. Pour d’autres,
les propriétaires ont refusé de confirmer le statut d’abri de leur bâtiment.
Plusieurs raisons expliquent ces difficultés :
- La configuration de la ville limite les possibilités (OIM avait identifié plusieurs sites potentiels mais qui se
trouvent en zones inondables). Les zones les plus sécurisées se trouvaient en dehors du cœur de la ville
- La gestion des évacués dans les abris n’était pas assurée, ce qui explique la réticence des propriétaires face
aux risques de dégradation de leurs infrastructures par les personnes confinées. Selon les témoignages des
propriétaires lors des enquêtes et diagnostics initiaux des abris, ces situations se sont en effet produites lors
des événements passés : mauvais entretien des latrines, saccage des meubles, voire des forages, déchets, etc.
- La DPC n’avait pas d’accord spécifique signé avec les propriétaires. Elle procédait par réquisition.
L’alternative a été la construction d’abris dédiés, solution choisie par OIM et CECI à la sortie de la ville. La route en
cours de réhabilitation restait incertaine en saison cyclonique et les abris, s’ils disposaient de citernes, n’avaient pas
de points d’eau (les forages réalisés présentaient une salinité trop élevée). ACF a prospecté et identifié une source à
4Km mais les travaux d’aménagement et de construction de réseau ne correspondaient pas aux capacités mobilisables
par ACF dans le cadre du présent projet.
Les abris étant réservés en premier lieu aux personnes les plus vulnérables (personnes âgées, handicapées, femmes
enceintes ou allaitantes…), ACF a favorisé dans la mesure du possible (coût, situation d’origine des abris) l’accessibilité
des infrastructures réhabilitées pour ces personnes.
ACF a collaboré avec Handicap International qui a apporté son expertise en visitant les abris et proposant des
recommandations. Handicap International a également formé les équipes d’ACF, ainsi que les maçons et contractants
avec lesquels ACF a travaillé, aux standards de construction pour l’intégration du handicap.
Perspectives :
• Appuyer la DPC pour améliorer et organiser la coordination avec les propriétaires de sites d’abris provisoires
• Suivre les comités d’abris formés et leur appropriation des procédures créées, suivre la gestion des
infrastructures au quotidien (appropriation des messages PGR et de sensibilisation aux bonnes pratiques
d’hygiène)
• Pour les abris provisoires installés dans les écoles, approfondir le travail d’entretien des infrastructures par un
travail avec les élèves (promotion de l’hygiène, sensibilisation PGR)
• Continuer et étendre l’amélioration de l’accessibilité des structures aux handicapés et personnes vulnérables
(cibler plus d’abris, améliorer les infrastructures et les équipements en allant au-delà de l’accès à l’eau, à
l’assainissement et l’hygiène)
• Se coordonner avec OIM et CECI, la mairie et la DPC pour améliorer l’accès à l’eau aux abris OIM et CECI
Action contre la Faim
Projet Eau Assainissement et Hygiène
Gonaïves, Artibonite – Haïti
Rapport Final 2011
Activité 4 : Diagnostic des ressources en eau mobilisables en cas de réponse aux catastrophes naturelles, formations à
l’intervention en Eau, Assainissement et Hygiène en lien avec la Protection Civile
ACF proposera également d’appuyer la Protection Civile en améliorant sa capacité de réponse en cas d’urgence,
grâce :
- à un diagnostic des points d’eau qui pourront être utilisables en cas de besoin pour l’approvisionnement
d’urgence (Water Trucking ou connexion directe à un réseau existant pour économiser le camionnage), en
s’appuyant ainsi sur le travail réalisé en réponse aux cyclones de 2008,
- à des exercices pratiques et de formation à la réponse d’urgence pour l’eau et l’assainissement (installation et
mise en service de : réservoirs souples, chloration, camion citerne, latrines d’urgence, etc.),
- à l’établissement de procédures dans les sites au moment des alertes (remplissage des réservoirs, fermeture des
vannes, vidange des latrines, etc.).
 Activités réalisées à fin août 2011
De par l’expertise et l’expérience accumulée dans la zone, ACF a compilé les informations qu’elle avait pu collecter
lors des programmes passés et actuels sur les points d’eau de la ville. Trois outils ont été développés permettant de
recenser, localiser et caractériser les points d’eau mobilisables dans la ville et les conditions de leur accessibilité :
a. une base de données Excel
b. une cartographie Google Earth
c. La synthèse des résultats dans un rapport de diagnostic
Le tableau Excel recense les points d’eau, donne leurs caractéristiques techniques et physico-chimiques (pH,
conductivité), ainsi que leur localisation (adresses, points GPS), et les coordonnées des personnes en charge ou vivant
à proximité.
En se fondant sur cette base Excel, ACF a fait une sélection des points d’eau en fonction de leurs caractéristiques, de
leur situation géographique et stratégique, dans la perspective d’une mobilisation des ressources. Cette sélection a
ensuite été cartographiée.
L’ensemble de ces informations a été diffusé dans un rapport de diagnostic à la DPC et aux autorités concernées.
L’appui à la DPC a également consisté à mettre en place des comités de gestion des abris. Il a été possible pour 8 abris,
d’identifier 5 personnes prêtes à intégrer un comité, soit 40 personnes au total. Ces personnes formées pourront venir
en appui à la DPC et aux brigades dans le cas où les sites qu’elles représentent (parce qu’elles travaillent dans la
structure ou parce qu’elles font partie du voisinage) sont réquisitionnés pour accueillir des déplacés.
Ces personnes ont été sensibilisées aux conduites à tenir en cas d’alerte cyclonique (avant, pendant et après l’alerte)
et peuvent ainsi contribuer avec la DPC à s’assurer que ces consignes soient respectées.
Ayant été sensibilisés sur les bonnes pratiques d’hygiène, les membres des comités disposent d’idées précises et des
notions claires à expliquer aux personnes déplacées. Les comités vont pouvoir s’assurer du bon entretien des
infrastructures WASH et du maintien d’un standard d’hygi

PDF Document reader online

This website is focused on providing document in readable format, online without need to install any type of software on your computer. If you are using thin client, or are not allowed to install document reader of particular type, this application may come in hand for you. Simply upload your document, and Docureader.top will transform it into readable format in a few seconds. Why choose Docureader.top?

  1. Unlimited sharing - you can upload document of any size. If we are able to convert it into readable format, you have it here - saved for later or immediate reading
  2. Cross-platform - no compromised when reading your document. We support most of modern browers without the need of installing any of external plugins. If your device can oper a browser - then you can read any document on it
  3. Simple uploading - no need to register. Just enter your email, title of document and select the file, we do the rest. Once the document is ready for you, you will receive automatic email from us.

Previous 10

Next 10